Les salariés de Rio Tinto ont été lourdement condamnés

La Chine vient de rendre sa décision de justice. Les quatre collaborateurs du géant minier anglo-australien, Rio Tinto, trois chinois et un australien, ont été condamnés à des peines de prison allant de 7 à 14 ans, pour corruption et espionnage industriel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les salariés de Rio Tinto ont été lourdement condamnés

Cinq jours après la fin du procès des quatre responsables du groupe minier Rio Tinto, le tribunal de Shanghai vient de rendre un jugement sévère qui se veut valeur d'exemple pour l'avenir. L'australien Stern Hu, ancien responsable du bureau de Rio Tinto à Shanghai, a été condamné à une peine de dix ans de prison, assortie d'une amende de 500.000 yuans (54.450 euros) et s'est vu saisir le même montant sur ses biens. Ses trois collaborateurs chinois Wang Yong, Ge Minqiang et Liu Caikui se sont vus infliger respectivement 14, 8 et 7 ans de prison. En réaction, Stephen Smith, le chef de la diplomatie australienne a fait savoir que cette décision était "très sévère" mais a affirmé que qu'elle n'aurait pas d'incidence sur les relations bilatérales entre la Chine et l'Australie.
Inquiétude chez les investisseurs étrangers.

L'affaire qui remonte à l'été 2009 a suscité des tensions dans les relations entre Pékin et Canberra et provoqué une vive inquiétude entre les investisseurs étrangers et la Chine. Les quatre salariés de Rio Tinto avaient été arrêtés en juillet, alors que le groupe, deuxième producteur mondial de minerai de fer, négociait avec les autorités chinoises les modalités d'importants contrats de livraisons de minerai... Sans jamais aboutir. Le groupe minier anglo-australien Rio Tinto avait donc pris la décision de renoncer au projet et de rompre son accord avec le chinois Chinalco.

Corruption et vols de secrets d'État

Les quatre hommes sont accusés de vols de secrets d'État et de corruption. Ils auraient touché plus de 12,6 millions de dollars de la part d'entreprises chinoises telles que Sinochem International, Laigang et Shougang qui avaient sorti les grands moyens pour être approvisionnées en minerai. Lors du procès qui a débuté le 22 mars, l'australien, Stern Hu, a décidé de plaider coupable en reconnaissant avoir reçu des pots-de-vin d'un montant de 6,46 millions de yuans (700.000 euros). Les trois ressortissants chinois ont nié les accusations d'espionnage industriel mais ont reconnu avoir été corrompus. Wang Yong qui été le plus lourdement condamné, avec 14 ans de prison pour avoir perçu la somme de 75 millions de yuans (8,17 millions d'euros). Les quatre collaborateurs inculpés ont déclaré, par la voix de leurs avocats, que Rio Tinto ignorait tout de leurs pratiques frauduleuses. Le tribunal de Shanghai a également indiqué que parmi les secrets commerciaux volés figuraient des comptes-rendus de réunions de l'Association chinoise du fer et de l'acier. De son côté, Rio Tinto aurait d'ores et déjà commandé un audit interne pour éviter que d'autres pratiques frauduleuses de cette ampleur se renouvellent avec des entreprises de la sidérurgie chinoise.

Sibylle Lhopiteau

0 Commentaire

Les salariés de Rio Tinto ont été lourdement condamnés

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS