Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les salariés de GM&S Industry s'invitent chez PSA Poissy

, , ,

Publié le , mis à jour le 05/09/2017 À 17H08

Une centaine de salariés de l'équipementier GM&S Industry basé à La Souterraine (Creuse) ont été accueillis devant le site PSA à Poissy (Yvelines) par les forces de l'ordre qui leur barrent l'accès.

Les salariés de GM&S Industry s'invitent chez PSA Poissy © GMS23 @gmsenlutte CC Twitter

Alors qu'ils avaient bloqué la sortie des camions de l'usine PSA à Poissy (Yvelines) en s'allongeant sur la une voie de circulation, les salariés de GM&S Industry ont été évacués de manière musclée par des CRS. Ils sont actuellement parqués sur la pelouse d'un giratoire. Une délégation de salariés de GM&S Industry avait pris le départ de l'usine de La Souterraine (Creuse), mardi 5 septembre à 5 heures, dans l'objectif de bloquer l’usine PSA de Poissy (Yvelines), un site qu'ils ont déjà occupé les 31 mars et 19 avril. A leur arrivée à 11 heures, ils ont été accueillis par les forces de l'ordre, des barrages leur interdisant l'accès.

Par cette nouvelle action, ils espèrent que le constructeur augmentera le chiffre d'affaires promis sur cinq ans, à raison de 12 millions d'euros annuels, afin qu'un maximum de salariés soient repris par le groupe d'emboutissage GMD. "Nous serons à toutes les entrées pour un temps indéterminé", prévient Vincent Labrousse délégué CGT.

Les représentants du personnel ont établi huit propositions qui, selon eux, permettraient d'assurer la pérennité du site industriel de La Souterraine et de sauver davantage de postes en s'appuyant sur un savoir-faire reconnu. "Nous avons la volonté de la préservation de notre entreprise avec une notion d’entreprise intégrée. Cette notion est garante de son autonomie, de son dimensionnement en ressources pour répondre aux demandes des clients, notamment des constructeurs qui ont des exigences importantes en technicité, qualité, délais… Cela permet aussi d’assurer sa diversification dans et hors l’automobile."

Pour maintenir l'effectif actuel, en attendant une progression du chiffre d'affaires, ils proposent "du chômage partiel au-delà de 120 salariés, la mise en place de prêt de salariés dans d’autres sites de GMD ou chez les constructeurs, sur la base du volontariat, et des formations qualifiantes (outilleurs, licence de soudure ferroviaire et/ou aéronautique)". Des mesures d’âges ou dispenses d’activité sont également demandées pour les salariés à partir de 55 ans ainsi qu'une compensation financière de 75 000 euros pour ceux n'en bénéficiant pas.

Concernant les actions de formation prévues dans le plan de sauvegarde de l'emploi, ils souhaitent un relèvement du plafond actuel de 5 000 euros par salarié. "Les salariés touchés auront besoin d’une reconversion professionnelle avec un budget de 15 000 à 20 000 euros, une enveloppe qui pourrait être abondée par les dispositifs existant au niveau de la branche (Association de développement des formations des industries de la métallurgie), Pôle emploi et le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine."

Corinne Mérigaud

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus