Les salariés de GM&S Industry bloquent leur usine

Suite à la première réunion de la cellule de crise au ministère de l'Economie, le 12 juin, pour étudier la reprise de l'équipementier creusois GM&S Industry, les salariés ont voté le blocage de l'usine à La Souterraine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les salariés de GM&S Industry bloquent leur usine

Les représentants du personnel de GM&S Industry à La Souterraine (Creuse) attendaient beaucoup de la première réunion, lundi 12 juin, au ministère de l’Economie à Paris, suite à la mise en place de la cellule de crise promise par Emmanuel Macron.

Pour l'intersyndicale CGT-FO, cette réunion n'a pas tenu toutes ses promesses. "Lors de notre entrevue à Bellac le président de la République, appuyé par le président de la Région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset, nous a affirmé que la diversification était notre avenir. Dont acte, nous sommes là parfaitement d’accord ! Gros paradoxe ! L’Etat nous expose comme seule solution une reprise à 140 salariés par GMD qui, lui, refuse la diversification. Pire Monsieur Martineau, patron de GMD, ne souhaite pas d’augmentation du chiffre d’affaires proposé par Peugeot et Renault. L’emploi n’est-il pas une priorité dans ce dossier ? C’est absolument déconcertant et contre-productif. L’Etat va-t-il bâcler et/ou se débarrasser rapidement de ce dossier ? Le rôle de l’Etat se cantonne-t-il à l’accompagnement des chômeurs ?"

Sauver plus d'emplois

Lors de cette réunion, les représentants du personnel ont formulé des pistes de travail afin de garantir l'avenir des 137 familles concernées à savoir, une augmentation du chiffre d’affaires de Renault et PSA pour favoriser des offres de reprise, des prises de contacts avec d'autres repreneurs potentiels du secteur ou non, une prolongation de la période d’observation jusqu'en septembre pour qu'un repreneur intéressé ne soit pas pénalisé par le paiement des congés d'été et le manque d'activité en été. Et ils ont demandé une indemnité extra légale "financée par les responsables de notre naufrage à hauteur du chiffre d’affaires d’un salarié qui est de 155 000 euros pour chaque emploi perdu".

L'intersyndicale poursuit son action après avoir organisé un vote à bulletin secret : 85,6 % des salariés ont approuvé, demandant aux constructeurs de rajouter du chiffre d’affaires pour assurer une reprise pérenne supérieure à 140 salariés. L'usine de La Souterraine (Creuse) est à nouveau bloquée dans l’attente des réponses à leurs demandes. La cellule de crise se réunira cet après-midi en visio-conférence et à Bercy, le 16 juin, sous l'égide du ministre de l'Economie Bruno le Maire, une réunion à laquelle les salariés se rendront massivement.

Corinne Mérigaud

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS