Les salariés de GM&S Industry bloquent la fonderie PSA Sept-Fons

Depuis six heures, des salariés de l'équipementier automobile GM&S Industry, basés à La Souterraine (creuse) bloquent la fonderie PSA Sept-Fons à Dompierre-sur-Besbre (Allier). 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les salariés de GM&S Industry bloquent la fonderie PSA Sept-Fons

Après l'annonce de la liquidation judiciaire de GM&S Industry avec poursuite d'activité jusqu'au 21 juillet, les salariés du sous-traitant ont décidé de poursuivre leurs actions. Lors de l'assemblée générale de mardi 4 juillet, ils ont voté le blocage de la fonderie de Sept-Fons située à Dompierre-sur-Besbre et appartenant au groupe PSA. Et les salariés de GM&S Industry bloquent effectivement le site depuis 6h ce matin selon le tweet de leur avocat Me Jean-Louis Borie.

Malgré l'offre de reprise de 120 salariés déposée par le groupe stéphanois d'emboutissage GMD, les salariés souhaitent mettre la pression avant la prochaine audience du tribunal de commerce fixée le 19 juillet. Dans un communiqué du 4 juillet, l'intersyndicale CGT-FO demande la "poursuite de la période d'activité jusqu'au 30 septembre afin que la reprise puisse se faire de manière sereine. En dehors du fait que cette demande coïncide avec une volonté écrite dans l’offre de GMD de reprendre au 1er septembre, que les constructeurs ont leurs usines fermées à cette période, que la plupart des services de l’administration sont fermés ou en effectifs restreints, une cession au 21 juillet entraînerait le licenciement des salariés de GM&S entre le 21 juillet et le 15 août… c’est la double peine, on attend la lettre, de surcroît en famille pendant les congés ! ".

Surtout, les salariés attendent que la discussion s'ouvre avec le repreneur pour "mieux comprendre son projet industriel et son engagement pour les années à venir et faire évoluer le nombre de postes repris. Nous avons demandé, au ministère et à l’administrateur, une rencontre avec monsieur Martineau PDG de GMD depuis le 22 juin".

Une meilleure indemnisation pour les licenciés

Les salariés demandent enfin un meilleur accompagnement pour les 157 salariés qui ne seront pas repris, en raison de la moyenne d'âge élevée, 50 ans et de leur trente ans d'ancienneté dans l'entreprise. "Il est nécessaire qu’il y ait un PSE permettant des formations, de la mobilité…. Et des indemnités extra-légales. Dans le secteur automobile, les constructeurs accordent systématiquement des indemnités extra-légales qu’ils prennent à leur charge car ils ont une grande part de responsabilité sur la situation. A quelques jours/semaines d’une reprise, alors que les choses auraient pu s’apaiser, on ne nous laisse pas d’autre choix que de passer par un blocage d’un site d’un constructeur pour faire bouger les choses. Nous avons choisi PSA Sept-Fons pour des raisons de proximité. Nous n’excluons pas la possibilité de bloquer un site Renault dans les jours à venir. Si nous sommes chassés de Sept-Fons, nous irons ailleurs ! Nous le réaffirmons tout ce que nous voulons c’est travailler !".

Située à 200 km de La Souterraine la fonderie de Sept-Fons, en service depuis 1921, fabrique des pièces automobiles en fonte, carters cylindres pour moteurs et pièces de freinage pour les véhicules du groupe PSA, soit près de 80.000 tonnes de pièces par an avec un effectif de 600 salariés.

L'Etat, PSA et Renault réaffirment leur engagement

Mardi soir après l'annonce du blocage de la fonderie, le gouvernement a réaffirmé son engagement pour "lever les dernières conditions suspensives du repreneur et permettre le maintien d’au moins 120 emplois à La Souterraine". Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a rappelé la promesse de Renault d'investir 5 millions d’euros supplémentaires dans la rénovation de l’outil de production et demandé à PSA " les dernières précisions concernant le montant de l’investissement qu’il serait prêt à faire sur le site".

PSA a rapidement réagi et indiqué qu’il soutiendrait le site à hauteur "d’un engagement de 36 millions d'euros de chiffre d'affaires sur trois ans (…) et de 4 millions d'euros pour la fabrication de pièces sur le site de GM&S pour de futurs véhicules". Reste à savoir si ces engagements seront suffisants pour que GMD puisse débuter les discussions avec les salariés de GM&S Industry.

Corinne Mérigaud

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS