Les salariés de Geci interpellent le FSI à propos de "l’avion lorrain"

Les turbulences autour du financement du Skylander mettent le site de Sky Aircraft de Chambley (Meurthe-et-Moselle) en péril à brève échéance.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les salariés de Geci interpellent le FSI à propos de

Les incertitudes quant au bouclage du projet d’avion tout terrain Skylander mettent en péril les 210 salariés de Sky Aircraft venus au cours des trois dernières années travailler à Chambley (Meurthe-et-Moselle). Le risque de dépôt de bilan, qui pourrait intervenir au courant de la semaine prochaine, incite les salariés à sortir de leur réserve.

"Nous travaillons d’arrache-pied à finaliser la conception du Skylander. Pour nous, la liquidation n’est pas une hypothèse de travail et nous rappelons à l’Etat les engagements pris pour débloquer la situation", affirme Nathalie Hannis, déléguée CFE-CGC de l’entreprise qui compte 95 % d’ingénieurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il manque à l’entreprise entre 10 et 15 millions d’euros pour assurer les salaires, qui représentent 2,5 millions d’euros, et poursuivre normalement le programme de développement au cours des prochains mois.

Porté par le groupe Geci international, le projet de bimoteur lorrain reste suspendu à l’arbitrage de Jean-Marc Ayrault, qui doit statuer sur le soutien promis par le précédent gouvernement, puis remis en cause par les services de Bercy.

Directeur général du Fonds stratégique d’investissement, Jean-Yves Gilet émettait dans les colonnes de l’Usine nouvelle du 12 juillet un avis réservé sur un projet jugé aléatoire : "Nos études confirment que cet avion pourra voler un jour, mais que les perspectives commerciales et les paramètres économiques ne sont pas ceux présentés par le chef d’entreprise."

Le conseil régional de Lorraine conteste formellement cette interprétation. "Nous percevons une mauvaise volonté manifeste du FSI. Nous n’avons reçu que des morceaux choisis de son rapport sur Geci et avons la nette impression que le dossier est en butte à des adversaires qui ne veulent pas d’un nouvel entrant dans le secteur aéronautique", rétorque Jean-Yves Le Déault, vice-président du conseil régional de Lorraine et député (PS) de Meurthe-et-Moselle.

Le plan de financement initial de Serge Bitboul, PDG de Geci Aviation, prévoyait de 215 millions d’euros dont 60 millions d’euros de l’Etat, répartis à parts égales entre le Fonds stratégique d’investissement (FSI) et le Grand Emprunt. Annoncé par un tweet de Nadine Morano, alors ministre du gouvernement Fillon, le soutien du FSI devait permettre de boucler le financement du projet d’avion lorrain.

Le tour de table actuel se monte aujourd’hui à 100 millions d’euros, dont 30 millions apportés par le groupe Geci, 27 millions d’euros apportés par de petits porteurs et 20,4 millions d’euros d’avances remboursables accordées par le conseil régional de Lorraine. Des investisseurs israéliens et américains ont témoigné de leur intérêt, mais le projet lorrain, qui prévoit 600 créations de postes directs et indirects, pourrait échapper tout entier à la région. Une aide à moyen terme de 60 millions d’euros contribuerait à ancrer le projet en Lorraine.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS