Quotidien des Usines

Les salariés de Camiva refusent le plan de la direction

, , ,

Publié le

Après le vote des salariés au siège de l’usine, la direction remet en cause l’installation de son pôle d’excellence en Savoie et le maintien de 42 emplois.

Les salariés de Camiva refusent le plan de la direction © D.R. - Camiva

Les salariés d’Iveco Magirus Camiva, filiale de Fiat Industrial, ont voté contre le projet de plan social d’accompagnement (PSE) proposé par la direction. Lors d’un vote organisé le 15 octobre dans l’usine de Saint-Alban-Leysse (Savoie) par les représentants des salariés, 90 votants sur 154 se sont prononcés contre l'accord de méthode proposé. "Nous refusons les propositions actuelles de la direction, explique François Batiston, le délégué syndical CGT de Camiva. L’enveloppe globale d’indemnités proposée ne nous semble pas correspondre aux moyens de l’entreprise. Le projet prévoyait la fabrication de 32 camions sur ce site d’ici la fin de l’année ou de permettre à d’autres usines du groupe de le faire, si nous étions dans l’incapacité de les produire. Depuis quelques jours, les engins venus emporter des pièces sont bloqués à l’entrée de l’usine."

Pour la direction d’Iveco Magirus Camiva, ce vote met un terme à la phase de négociation. Elle précise que l’accord de méthode prévoyait un ensemble de mesures indemnitaires avec des primes supra-légales : "au minimum 29 000 euros nets, soit 17 mois de salaires, et en moyenne une indemnité de 67 000 euros nets, soit 31 mois de salaires." Des chiffres contestés par les représentants des salariés : "nous sommes prêts à négocier et à trouver un terrain d’entente, reprend François Batiston, mais Camiva est une entreprise qui a fait des bénéfices pendant 25 ans. Ce qui est proposé est insuffisant."

Ce vote à bulletin secret avait été décidé lors de la médiation organisée par les pouvoirs publics en juin. La fermeture de Camiva a été annoncée le 7 mai dernier par le groupe Iveco Magirus

171 emplois sont concernés. A la fin septembre, la direction du groupe Iveco annonçait l’installation de son pôle d’excellence de commerce et de service après-vente à St-Alban-Leysse. Il permettait de maintenir 42 emplois sur le site. Un protocole d’accord a été signé avec Chambéry Métropole.

Dans un communiqué, la direction de Camiva précise que "des hypothèses alternatives sont étudiées à nouveau, explique un représentant de la direction. L’ensemble du projet avait reçu l’approbation du préfet et de la Direccte, dont nous avions suivi les demandes d’amélioration."

Iveco Magirus Camiva produit des véhicules de lutte contre les incendies. Son chiffre d’affaires pour 2011 a été divisé par deux, tombant à 34,7 millions d’euros. Le site de production savoyard a enregistré en 2011 deux millions d’euros de pertes, alors que les résultats en 2010 étaient déjà de 1,7 millions d’euros. Le projet présenté en juin prévoyait le transfert de l’activité à Ulm en Allemagne. Des propositions de reclassement en interne ont été proposées par le groupe Iveco, essentiellement en Rhône-Alpes, sur les sites de production d'Annonay (Ardèche) et de Vénissieux-Saint-Priest (Rhône).

 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte