Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les salariés d’UPM Docelles lancent la bataille de la Scop

, , , ,

Publié le

En visite dans les Vosges, jeudi 27 février, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a assuré de son soutien les anciens salariés de la papeterie UPM de Docelles (Vosges), qui entendent monter une Scop pour reprendre le site. Le groupe finlandais traîne des pieds pour valider ce projet qui préserverait ou créerait une centaine d’emplois.

Les salariés d’UPM Docelles lancent la bataille de la Scop © D.R.

Un mois après la fermeture de la papeterie de Docelles (Vosges), qui employait 161 salariés, le groupe papetier finlandais UPM ne semble guère pressé de répondre à la proposition de 85 salariés qui entendent faire repartir sous forme de Scop (société coopérative ouvrière de production) l’une des plus vielles usines d’Europe.

"Depuis l’annonce de la fermeture de l’usine voici quinze mois, UPM n’a pas cessé d’affirmer qu’il souhaitait vendre son usine vosgienne, mais il a écarté deux repreneurs potentiels et tarde à donner son accord à notre projet. Or, il est nécessaire d’aboutir le plus rapidement possible, faute de quoi nous pourrions attaquer le PSE", prévient Marie-Madeleine Maucourt, directrice de l’Union régionale Est des Scop.

Outre la reprise des 85 anciens salariés d’UPM, la Scop recruterait une trentaine de personnes dans le cadre des services administratifs et financiers dont le site était dépourvu. La reprise s’appuierait sur 13 millions d’euros de fonds propres prélevés sur les réserves du PSE, la participation des salariées et des financements coopératifs et bancaires.

Jeudi 27 février, les salariés ont reçu le soutien du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Leur projet, également soutenu par le conseil général des Vosges et le conseil régional de Lorraine, vise non seulement ses traditionnels marchés de niches, mais aussi celui du packaging sur lequel UPM n’est pas présent. Les salariés espèrent une réponse imminente pour un redémarrage dès le mois de mars.

Pascale Braun
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle