Les salariés d’ArcelorMittal en colère après la décision de fermeture à Florange

[ACTUALISE] - Ils étaient plusieurs centaines de salariés à manifester à Metz ce 2 octobre en marge d’un comité d’entreprise extraordinaire, au lendemain de la confirmation de la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux mosellans.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les salariés d’ArcelorMittal en colère après la décision de fermeture à Florange

Le CCE a lieu depuis 9h30 ce matin au siège du Groupement des entreprises sidérurgiques et métallurgiques (Gesim). Le lieu était protégé par un important dispositif policier. Les salariés, partis de Florange vers 7H00, sont arrivés en voiture à grands renforts de klaxons peu avant 9H30.

Le groupe sidérurgique doit également réunir mardi un Comité central européen consacré aux sites de Florange et de Liège (Belgique) mardi au Luxembourg. La réunion se déroulera au siège du groupe à Luxembourg-ville à partir de 10H00 (08H00 GMT) et portera sur les projets de la direction pour Florange et Liège.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour les syndicats du site, la fermeture annoncée le 1er octobre des deux hauts-fourneaux du site de Florange équivaut à un démantèlement de l’usine. "La direction nous a annoncé le démantèlement de Florange à partir du 16 octobre et l'ouverture d'un plan qui n'a rien de social, a affirmé à l'AFP le délégué CGT Yves Fabbri en marge d'un Comité d'entreprise extraordinaire (CEE) du site à Metz. Il faut céder l'ensemble du site, car c'est un site intégré".

Pour Frédéric Weber, responsable CFDT, "pour soigner le malade, on nous explique qu'il faut amputer un bras, c'est une fuite en avant de la direction".

"Investissements insuffisants"

A l'issue du CCE, Edouard Martin, du syndicat CFDT, s'est dit inquiet face à la fermeture du site et à un investissement de 40 millions d'euros. "Les investissements annoncés sont très largement insuffisants, il faut au moins 150 millions d'euros d'investissement sur le site de Florange, a déclaré à l'AFP le syndicaliste. Il a été demandé à la direction pourquoi elle acceptait une cession des hauts-fourneaux à Florange, alors qu'elle le refuse à Liège. Elle n'a pas répondu".

Edouard Martin a en outre déploré la possible réorganisation des filières fer blanc (packaging) en Europe, qui sont réparties en cinq sites et dont il faut, selon l'aciériste, "rehausser la compétitivité".

Ces propos interviennent au lendemain de l’annonce par la direction d’ArcelorMittal de la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux de Florange, à l'arrêt depuis 14 mois. Une décision qui concerne directement 629 salariés (500 dans la filière liquide et 129 dans les fonctions support) sur les 2 500 employés à Florange.

Contacts déjà pris

Parallèlement à la tenue du CCE, l'expert gouvernemental mandaté dans le dossier s'est exprimé dans les pages du Monde le 2 octobre. "S'il y a peu de chances qu'on présente un dossier ficelé d'ici deux mois, on peut néanmoins identifier les industriels susceptibles d'être intéressés et obtenir ensuite un délai supplémentaire d'ArcelorMittal, a déclaré Pascal Faure au quotidien. Certains contacts auraient déjà été pris, notamment avec des acteurs allemands, autrichiens et russes. Certains sidérurgistes asiatiques présents en Europe, comme Tata Steel, feraient également partie de sa short-list".

A l'Assemblée nationale, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a fait savoir que les émissaires du gouvernement avaient déjà commencé à nouer des contacts avec des aciéristes dans le monde entier pour trouver un repreneur au plus vite pour le site de Florange. "Nous gérons non seulement une stratégie de désengagement de Mittal, mais également les mensonges, les dissimulations inconsidérées du pouvoir précédent", a enfin lancé le ministre.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS