Les salariés d'Alcatel-Lucent manifestent à Strasbourg

Social/Electronique

Partager

Une centaine de salariés d'Alcatel-Lucent ont manifesté mardi à la mi-journée devant le Parlement européen de Strasbourg, où une délégation a été reçue. A l'appel de leur intersyndicale, ces salariés du site d'Illkirch-Graffenstaden, au sud de Strasbourg, ont protesté contre les suppressions d'emplois en Europe et réclamé une stratégie industrielle de défense du secteur des télécoms. D'autres rassemblements étaient prévus aujourd'hui à Paris et à Rennes, ainsi qu'en Allemagne, en Italie et en Roumanie.

Selon Denis Vaudrey, secrétaire CFDT du comité central d'entreprise d'Alcatel-Lucent, le spécialiste des télécoms emploie 26.000 salariés en Europe aujourd'hui, contre 30.000 en 2006. « Il y a encore 4.000 suppressions d'emplois prévues, soit par licenciements, soit par externalisations », regrette-t-il. « Les champions européens des télécoms sont confrontés à une concurrence non européenne de plus en plus menaçante car inéquitable », dénonce l'intersyndicale : « Les Etats-Unis et la Chine protègent les secteurs stratégiques pour la sécurité de leurs territoires ». Mais « l'Europe est une vraie passoire », affirme Denis Vaudrey : « Si ça continue comme ça, dans dix ans il n'y aura plus d'opérateur européen des télécoms, ce qui va poser des questions de sécurité nationale ». Les salariés d'Alcatel-Lucent invitent donc la Commission européenne à agir pour « éviter un risque réel de perte d'indépendance ».

A Illkirch-Graffenstaden, Alactel-Lucent emploie 630 salariés. Ingénieurs pour la plupart, ils conçoivent des produits de téléphonie d'entreprise. Toute production a cessé sur le site, qui comptait 1.500 personnes en 2002. Alcanet, filiale informatique d'Alcatel-Lucent, emploie par ailleurs une petite cinquantaine de salariés, qui doivent être transférés à Hewlett-Packard. Mi-octobre, environ un tiers des effectifs totaux avait débrayé pour exprimer sa crainte sur la pérennité du site et sa solidarité avec les grévistes d'Alcanet, qui protestaient contre les conditions de leur transfert.

De notre correspondant en Alsace, Thomas Calinon

PARU ! L'édition 2009-2010 de « L'ATLAS DES USINES » vient de sortir. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 753 sites de production de plus de 80 salariés implantés en France. Vous pouvez déjà le commander à notre librairie en ligne en cliquant ici.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS