Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les robots veulent séduire les PME

Publié le

Face à la baisse des investissements dans l'automobile, les fabricants de robots industriels ciblent les petites et moyennes entreprises. Notamment en mécanique.

Les entreprises citées

Précision, répétitivité, productivité... Les robots industriels ne manquent pas d'atouts. D'ici à 2010, la Fédération internationale de robotique prévoit une hausse de 25 % du volume d'unités dans le monde. En France, à l'inverse de l'Allemagne, les débouchés restent concentrés dans les grandes unités, notamment de l'automobile.

Pour s'ouvrir les portes des PME-PMI, dont celles de la mécanique, les fabricants de robots en appellent aux pouvoirs publics. L'opération « Robotcalisez », déjà menée il y a trois ans, est relancée et accentuée cette année. Objectif : doubler le parc de robots dans les PME d'ici à cinq ans. Reste à définir la forme d'une aide à la robotisation : incitation fiscale, soutien à la formation des salariés, au transfert d'expérience... A la campagne d'information lors de salons professionnels (comme Industrie ou Midest...) s'ajoute désormais une action de lobbying auprès des autorités locales. « Nous avons contacté les députés, les sénateurs, les présidents de conseils généraux et régionaux, des représentants de chambres de commerce et d'industrie », indique-t-on au Symop (Syndicat des entreprises de technologies de production).

Les marchés marginaux en progression

Si le débouché historique qu'est la filière automobile représente encore la moitié des facturations, elle ne garantit plus les mêmes volumes de commandes. « Une nouvelle chaîne de production se traduisait traditionnellement par l'installation de six cents robots. Aujourd'hui, c'est six fois moins. Les constructeurs réutilisent leurs anciens équipements ou partent produire hors de France », diagnostique Florence Bertaux, le responsable développement et marketing France du fabricant japonais Fanuc.

Pour compenser cette baisse de l'investissement, des marchés marginaux deviennent des cibles privilégiées. Les industriels de l'agroalimentaire, notamment, s'équipent. « Face à la hausse des cours des matières premières, ils doivent améliorer leur productivité. En passant de 5 à 15 % des ventes en quatre ans, ce secteur est devenu le deuxième débouché de la profession », précise Jean-François Germain, le directeur commercial France de l'allemand Kuka.

Mais avec Robotcalisez, les fabricants de robots lorgnent vers les PME de tous les secteurs d'activité : biens d'équipement, textile, transport, chimie, industries du verre, du bois... « L'Usine Nouvelle » a retenu trois PME mécaniciennes. Toutes ont misé sur la robotisation. « La première raison de s'équiper est le manque de main-d'oeuvre », déclare Florence Bertaux. Selon la Fédération des industries mécaniques (FIM), 55 % de ses adhérents transformateurs de métaux et équipementiers ont des difficultés à recruter. Pour les spécialistes de l'usinage que nous présentons ci-après, la robotisation est d'abord le moyen de rester compétitif.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle