Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les robots collaboratifs à l’honneur au salon Innorobo 2014

Frédéric Parisot , ,

Publié le

Le salon Innorobo 2014 réunit en un même lieu les acteurs de la robotique industrielle et de la robotique de service. A mi-chemin entre les deux disciplines, il y a la robotique collaborative, ou cobotique. Sur le salon, qui se tient à Lyon du 18 au 20 mars, plusieurs industriels présentaient leurs innovations en la matière.

Les robots collaboratifs à l’honneur au salon Innorobo 2014 © Kuka

Pour sa quatrième édition, le salon Innorobo, qui se tient du 18 au 20 mars à la Cité internationale de Lyon, met l’accent sur la robotique industrielle. Un hall est d’ailleurs consacré à cette branche de la robotique, avec des constructeurs comme Staübli, Kuka, Fanuc, Schunk ou encore le Groupe Gorgé.

Nombre de ces acteurs ont choisi de mettre en avant des solutions de "cobotique", ou robotique collaborative, c’est-à-dire des robots destinés à assister les opérateurs dans les tâches les plus difficiles. "Le robot ne chasse pas l’humain, au contraire il peut l’aider dans son travail", a d’ailleurs rappelé Jean-Jack Queyranne, le président du conseil régional de Rhône-Alpes, lors de l’inauguration du salon.

le plus sûr

Ainsi, Kuka profite d’Innorobo pour lancer son bras robotisé iiwa. Ce bras est collaboratif dans le sens où il intègre la sécurité de manière intrinsèque : il interrompt son mouvement sitôt qu’il rencontre la moindre résistance sur sa trajectoire, afin de ne jamais blesser un opérateur.

"Il peut être programmé avec comme critère une vitesse ou une position sûres, mais c’est le premier du marché à proposer un pilotage en effort sûr", lance Christian Verbrugge, le directeur de la business unit automobile chez le constructeur allemand. Et pour que l’iiwa soit facile à programmer, Kuka a prévu une fonction d’apprentissage, où il suffit à l’opérateur de guider le robot pour lui montrer la trajectoire à suivre.

Le plus communicant

Le français Staübli présente lui aussi sa vision de la cobotique, à savoir une interaction la plus naturelle possible entre l’homme et la machine. Son bras robotisé est relié à un scanner laser qui détecte la position de l’opérateur. Selon l’endroit où se trouve ce dernier, le robot lui parle. "Je vous ai détecté", lance-t-il lorsqu’on passe à proximité. "Pour votre sécurité, je me suis arrêté, veuillez avancer pour changer l’opération en cours, ou reculez". "Nous avons ajouté la parole au robot car nous pensons que c’est le meilleur moyen de faire savoir à l’opérateur ce qu’il peut faire", résume Benoît Peccoux, le responsable marketing de la société.

Le plus autonome

Pour accompagner les opérateurs dans leurs tâches, les bras robots collaboratifs doivent être montés sur des plates-formes mobiles. C’est la spécialité de BA Systèmes, autre exposant d’Innorobo 2014. Le leader français des AGV (automated guided vehicles) travaille notamment sur le projet Stamina, un cobot qui assiste les opérateurs des usines automobile dans leurs tâches de dépalletisation et de préparation de commande.

Le plus léger

Pour être montés sur des plates-formes mobiles, les bras robots doivent s’alléger. C’est l’orientation qu’a choisi Schunk, qui expose sur le salon le LWA 4P (Light Weight Arm 4P). "Le bras est léger, 12 kg environ, et s’alimente en 24 Volt, ce qui en fait le compagnon idéal pour des applications d’assistance", assure Xavier Dussourd, responsable des systèmes de préhension chez le constructeur allemand. Schunk faisait également la présentation d’une pince imitant la main humaine, capable des mêmes mouvements.

Le plus humain

Sans forcément aller vers des robots humanoïdes, il est important que la géométrie du cobot se rapproche de l’être humain, a expliqué le professeur Hirochika Inoue, directeur technique de Kawada Robotics Corporation (l’un des pionniers de la robotique humanoïde). "Trois raisons à cela : le robot doit pouvoir remplacer l’homme à son poste de travail, il doit pouvoir passer aux mêmes endroits et être capable d’utiliser les mêmes outils", a-t-il expliqué à l’occasion des premiers Etats généraux de la robotique qui se tiennent en même temps que le salon.

Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle