Les résultats semestriels de Casino portés par l'international

par Pascale Denis

Partager

PARIS (Reuters) - Casino a dégagé un résultat opérationnel en hausse de 5,6% au premier semestre grâce à de très solides performances à l'international qui ont permis de compenser la baisse de la rentabilité en France.

Le distributeur stéphanois, sorti vainqueur de son bras de fer avec Carrefour pour le contrôle du brésilien Groupo Pao de Açucar (GPA), a vu sa croissance interne s'accélérer au deuxième trimestre et a confirmé son objectif de progression annuelle de son chiffre d'affaires de plus de 10% au cours des trois années qui viennent.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Casino, qui se trouve maintenant, au sein de GPA, dans un face-à-face délicat avec l'homme d'affaires Abilio Diniz, sera très attendu ce matin, lors d'une conférence prévue à 10h00, sur ses perspectives brésiliennes.

Les ventes du groupe ont progressé de 18,8% (+7,1% en croissance organique) au premier semestre à 16,14 milliards d'euros, un chiffre proche du consensus des analystes interrogés par Reuters (15,98 milliards), après une accélération de la croissance organique au deuxième trimestre (hors essence) à 7,8% (après +4,7% au premier trimestre).

Surtout, Casino a profité à plein des relais de croissance que constituent ses activités à l'international et qui comptent pour 43% de son chiffre d'affaires. Elles ont en particulier grimpé de 18% au deuxième trimestre (en données organiques) en Amérique du Sud.

En France, où le groupe a légèrement accru sa part de marché (+0,2 point), les ventes ont bien résisté (+3,2% hors essence en données organiques), marquant elles aussi une amélioration par rapport au premier trimestre (+1,2%).

BAISSE DES MARGES EN FRANCE

Le résultat opérationnel a quant à lui atteint 571 millions d'euros, un chiffre en léger retrait par rapport aux attentes des analystes (580 millions d'euros), tiré par les activités internationales dont le résultat a grimpé de 54,6% à 301 millions.

Cette très forte progression a permis de compenser de mauvaises performances en France, où le résultat a chuté de 22% à 271 millions, plombé par un environnement concurrentiel particulièrement rude.

Dans l'Hexagone, la marge (en baisse d'un point à 3,0%) a particulièrement souffert des baisses de prix consenties chez Franprix et Leader Price.

L'endettement net a grimpé à 6,78 milliards d'euros, sous l'effet de l'acquisition de la filiale thaïlandaise de Carrefour et de la montée au capital de Grupo Pao de Açucar opéré en pleine bataille avec Carrefour pour le contrôle du distributeur brésilien.

Aussi, le groupe a-t-il porté à plus d'un milliard d'euros son objectif de cessions d'actifs, contre 700 millions auparavant, 680 millions ayant déjà été engagés.

Ces chiffres ont été fraichement accueillis par le marché, le titre Casino cédant 1% à 62,74 euros à la Bourse de Paris vers 9h30, dans un marché en repli de 0,5%.

Pour 2011, le groupe a confirmé ses objectifs, à savoir un renforcement de sa part de marché en France, une progression de sa marge chez Franprix-Leader Price et le maintien d'une croissance rentable à l'international.

Edité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS