Les responsables du fonds Africa50 préparent son atterrissage à Casablanca

PLusieurs responsables de la Banque africaine de développement sont au Maroc pour préparer l'arrivée du nouveau fonds de financement des infrastructures Africa50 à Casablanca. Enjeu : 100 milliards de dollars. Explications et retour en vidéo sur l'implantation d'Africa50 au Maroc.

Partager

Les responsables du fonds Africa50 préparent son atterrissage à Casablanca
Tas Anvaripour, responsable du fonds Africa50 qui va s'installer à Casablanca et veut lever à terme 10 milliards de dollars en fonds propres.

Le processus est lancé ! Plusieurs responsables de la Banque Africaine de développement (BAD) étaient en visite de travail ces derniers jours au Maroc en vue de la constitution juridique du futur fonds Africa50 et de son installation prochaine à Casablanca. La délégation comprenait notamment Charles Boamah, vice-président de la BAD chargé des finances et Tas Anvaripour, future directrice du fonds qui pilote son élaboration depuis plus d’un an.

Lundi, ils ont rencontré à Rabat Mohammed Boussaïd, le ministre marocain de l’Economie. Ils ont aussi donné hier mercredi 4 septembre une conférence de presse à Casablanca aux côtés de Said Ibrahimi, directeur général de Casablanca Finance City.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce fonds initié par la BAD et différents partenaires vise à fournir des financements à des projets infrastructures sur le continent noir : énergie, transport, logisitique.... Il va chercher à lever dans un premier temps 3 milliards de dollars .

En août, les autorités marocaines avaient annoncé avoir "gagné" la localisation de son siège devant 9 autres places africaines dont Johannesbourg. "Le choix de CFC est le résultat d’un processus de consultation compétitif très rigoureux qui a mis à l’épreuve 9 pays africains membres de la BAD ayant tous présenté des offres très alléchantes”, a indiqué Charles Boamah cette semaine à l'agence de presse marocaine MAP.

A noter que le fonds ne sera pas une filiale de la BAD mais aura son existence juridique propre. Selon la BAD, il "sera orienté vers le développement, tout en restant une entité commerciale. Il sera complémentaire et légalement indépendant des organismes financiers de développement en Afrique. Les décisions opérationnelles seront prises par une équipe sélectionnée sur la seule base de la compétence technique et managériale."

Les besoins financiers en matière d'infrastrutures en Afrique sont estimés à près de 100 milliards de dollars par an mais seulement la moitié est au rendez-vous. Ce fonds s’inscrit dans la longue liste de création de véhicules financiers destinés à l’Afrique ces dernières années ou encore à l'intéret d'investisseurs comme Wendell.

Coté marocain, Africa50 viendra conforter la place financière de Casablanca. L’installation du fonds se fera dans le cadre de Casablanca Financial City (CFC), le vaste projet de cité financière casablancais. Il bénéficiera à ce titre d’un régime fiscal et un cadre réglementaire très favorable, ce qui a beaucoup joué dans le choix de la Ville blanche par la BAD. Sa cotation en bourse est même évoquée, ce qui cadre bien avec la stratégie panafricaine de la bourse de Casablanca.

De plus, au Maroc le monde des affaires et de la politique cherche de plus en plus à orienter l’économie chérifienne vers l’Afrique subsaharienne. Nombre d'entreprises marocaines que ce soit dans la banque (Attijariwafa…), les télécoms (Maroc Telecom), l’immobilier (Addoha…), ou l'industrie ont pris des positions au sud du Sahara ces dernières années.

Selon la BAD qui s’est dite prête à mettre 500 millions de dollars dans l’opération, "Africa50 aura besoin de 10 milliards de dollars de fonds propres, tout en attirant un capital global et local d’une valeur de 100 milliards de dollars. Pour démarrer ses opérations, Africa50 vise à collecter 3 milliards de dollars de fonds propre". L’argent sera levé auprès de banques, états, fonds souverains ou entreprises privées. Le Maroc s’est dit prêt à la fois à participer à ce fonds et désireux de bénéficier de ses financements.

Pierre-Olivier Rouaud

Retour sur cet événement avec un reportage mercredi à Casablanca de MAP TV.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS