International

Les respirateurs artificiels d'Elon Musk, bonne nouvelle ou vraie arnaque ?

Rémi Amalvy , , ,

Publié le , mis à jour le 06/04/2020 À 10H16

Vu sur le web [Actualisé] Le 31 mars, Elon Musk et Tesla ont annoncé fournir des respirateurs artificiels pour les malades du Covid-19 aux hôpitaux de New York. D'autres appareils seraient disponibles, pour des livraisons partout dans le monde. Mais ce matériel pourrait ne pas être si utile qu'il en a l'air. Le 5 mars, Tesla a publié une vidéo montrant la conception, dans ses locaux, de respirateurs.

Les respirateurs artificiels d'Elon Musk, bonne nouvelle ou vraie arnaque ?
Malgré le logo, ces appareils n'ont pas été fabriqués par Tesla.
© NYC Health + Hospitals / Twitter

Actualisation du 06/04 : Pour, peut-être, faire taire les critiques, Tesla a publié une vidéo sur YouTube le 5 mars. On y voit des employés de l'un de ses "labs" concevoir des respirateurs à partir d'éléments de véhicules. Précisons cependant que les appareils ne sont pas encore construits.

Toujours prêt à faire parler de lui, Elon Musk a récemment annoncé son intention de fournir des respirateurs artificiels au monde entier, par le biais de sa société Tesla. Des appareils qui, en théorie, doivent grandement aider les malades du Covid-19. Mais s'agit-il vraiment de la réalité ?

Tout commence le 31 mars. Sur son compte Twitter, le milliardaire annonce posséder des "ventilateurs supplémentaires approuvés par la FDA", l'autorité américaine de contrôle des médicaments et dispositifs médicaux. Ces appareils pourront être livrés "partout dans le monde" et "gratuitement". Le seul prérequis étant qu'ils doivent être directement utilisés sur des patients et non pas stockés dans des entrepôts. Un tweet aimé plus de 300 000 fois. Des officiels ukrainiens ont d'ailleurs répondu en demandant de l'aide.

Made by ResMed

D'où viennent ces "ventilateurs supplémentaires" ? Le 31 mars toujours, l'administration des hôpitaux new-yorkais publiait un tweet de remerciement, à destination de Tesla, pour "le don de 40 respirateurs" pour des hôpitaux du Queens. Une photo accompagne la publication.

D'où viennent ces appareils ? Sur l'image, sous des logos Tesla grossièrement collés, il est possible de lire l'inscription "ResMed", une entreprise californienne spécialisée dans la conception de ventilateurs et respirateurs. Sur les réseaux sociaux, des voix ont commencé à s'élever contre Elon Musk, désignant une imposture.

Mais cela ne s'arrête pas là. Dans un article relativement fourni, le quotidien économique britannique Financial Times explique que les boîtiers visibles sur la photo ne sont pas des respirateurs artificiels. Il s'agirait d'appareils communément utilisés pour traiter le syndrome d'apnée du sommeil (appelés en anglais CPAP et BPAP). Dans son papier, le FT interroge le patron de ResMed, qui estime que les BPAP peuvent aider, dans une certaine mesure, les malades atteint du Covid-19. En réalité, l'utilité de ce genre d'engins dans la lutte contre le virus n'a pas été prouvée, et leur utilisation fait débat.

"FDA approved", oui mais...

Alors, pourquoi Elon Musk se targue-t-il donc de fournir des respirateurs "FDA approved" ? Fin mars, l'autorité américaine a effectivement autorisé l'utilisation des CPAP et BPAP, mais seulement en cas de pénuries de véritables respirateurs. Parmi les alternatives citées, on trouve également de simples canules nasales !

Comment Tesla s'est-elle procurée ces appareils ? Le 24 mars, la compagnie a livré quelque 1 255 "ventilateurs ResMed, Philips et Medtronic approuvés par la FDA" aux autorités californiennes. Un stock qui venait d'être racheté à la Chine. Les "ventilateurs" fournis à New York et vantés par Elon Musk faisaient-ils partie de la cargaison chinoise ?

Qu'il soit véritable ou de façade, l'engagement du milliardaire contre le Covid-19 n'en est pas moins récent et inattendu. Jusqu'à la mi-mars, ce dernier n'avait de cesse de minimiser les risques de pandémie. Le 6 mars sur Twitter, il qualifiait de "stupide" la "panique" liée au virus. Tout simplement.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte