Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les réseaux sociaux mobilisés pour sauver Laboratoires Salem à Meymac

, , , ,

Publié le

Une course contre la montre est engagée depuis le 26 septembre sur les réseaux sociaux pour tenter de trouver un industriel intéressé par la reprise du laboratoire pharmaceutique Salem, basé à Meymac (Corrèze), qui sera liquidé le 30 septembre.

Les entreprises citées

Un appel au secours a été lancé par trente-trois personnes concernant les Laboratoires Salem de Meymac (Corrèze) sous le hashtag #i4Emploi accessible ici. Leur objectif est de relayer l'information sur les réseaux sociaux afin d'attirer un éventuel repreneur.

L'usine qui compte 37 salariés a été reprise en 2010 par le fabricant algérien de médicaments génériques Laboratoires Salem, suite à la fermeture de l'usine pharmaceutique Bristol Myers Squibb qui employait 162 salariés. Contacté mardi 29 septembre 2015 au matin, le maire de Meymac n'avait pas eu connaissance de cet appel désespéré. "Toutes les initiatives sont bonnes dès lors qu'elles respectent la confidentialité, assure Philippe Brugère. Nous sommes également mobilisés. Une réunion a été organisée avec le sous-préfet d'Ussel, des représentants des chambres consulaires et de Limousin Expansion afin de lancer un plan d'action pour trouver un repreneur. Deux industriels intéressés ont déjà visité l'usine."

Une mobilisation générale et soutenue

"Il faut absolument un projet d'entreprise, pas un Salem bis qui fermera l'usine dans cinq ans. Je suis très inquiet quant à l'avenir des salariés qui seront au chômage le 2 octobre mais également confiant car cet outil de production est au top de la technologie, dimensionné pour 180 personnes et opérationnel immédiatement. Les anciens salariés de Bristol Myers Squibb vivent toujours sur place, cette main d'œuvre formée est donc employable rapidement, un paramètre important pour un futur employeur", précise le maire.

La Ville de Meymac s'est engagée à maintenir le site opérationnel durant le mois d'octobre et a mis en place un investissement de 30 000 euros, afin qu'un repreneur puisse démarrer tout de suite la production. Des élus du Limousin ont enfin alerté François Hollande afin qu'il intervienne.

Corinne Mérigaud

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

04/10/2015 - 15h53 -

Monsieur le maire oublie que le site devait être démantelé par BMS en l'absence de repreneur en 2010.
Que pendant 5 ans les élus locaux ont brillés par leur absence.
Que si le site peut être repris par un groupe Franco Français de race blanche c'est que Salem y a développé des activités et investis plusieurs millions d'euros pour le maintenir en conformité avec les exigences de l'ANSM.
Alors à bon entendeur si vous n'êtes pas du cru local évitez la France pour investir on y aura votre peau!
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle