"Les réseaux électriques, c’est comme le pain dans le sandwich, c’est barbant mais il doit être bon"

Autoconsommation, stockage et barbares de l’énergie étaient au cœur de la première journée de débats du Smartenergies Forum, qui se tient les 6 et 7 juin à Paris. Certains des intervenants n’ont pas mâché leurs mots pour évoquer ces ruptures, l’inconstance des politiques et les "mensonges " des lobbyistes.

Partager

"Les réseaux électriques, c’est comme pour le pain dans le sandwich, c’est barbant mais il doit être bon. Les pays qui ont les meilleurs réseaux font donc les meilleurs sandwichs." C’est par cette métaphore originale que Thomas Rowland-Rees, l’analyste Bloomberg a ouvert le bal des petites phrases qui claquent au Smartenergies forum qui se tient les 6 et 7 juin à Paris. Et pour lui, en ce moment, les sandwichs à la mode dans l’énergie sont garnis de compteurs intelligents, changement le plus tangible de la transition énergétique. Ils devraient bénéficier de 20 milliards de dollars d’investissements jusqu’en 2020. Après, le marché devrait décroître.

"Nous réclamons un statut d’autoproducteur d’énergie"

"Tout comme on a su fabriquer un statut d’autoentrepreneur, nous réclamons un statut d’autoproducteur d’énergie pour que des personnes morales ou physiques puissent revendre de l’énergie. Aujourd’hui seuls Enedis (ex. ERDF) et ses concurrents le peuvent", a lancé Eric Mazoyer directeur général délégué de Bouygues immobilier. Selon lui, ce serait un frein au développement de l’autoconsommation collective, inscrite dans la loi depuis février 2017 et dont le décret d’application vient d’être publié, mais sans tarif de revente pour les surplus, pour l’instant. Il arrive promet Olivier David sous-directeur des systèmes électriques et des énergies renouvelables à la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).

"Nous sommes opposés aux réseaux privés"

Mais attention, l’autoconsommation, en France, ne doit pas se faire n’importe comment, même si elle a le vent en poupe. Pas question de réseau privé comme celui du réseau solaire communautaire allemand Nonen ou la plate-forme collaborative de revente d’énergies renouvelables produite par des particuliers Powerpeers et lancé par l’énergéticien Vattenfall aux Pays-Bas. Le cadre de l’autoconsommation reste fondé sur le réseau public. "Nous sommes opposés au développement de réseaux privés", prévient le représentant de la DGEC. Et tout doit passer par le compteur Linky pour permettre à Enedis de garder le contrôle. Et pas question "de subventionner des installations qui ne produisent que la journée et consomment le soir", en même temps que tout le monde, explique Olivier David. En plus, Enedis voudrait bien choisir où l’autoconsommation doit être ou non plébiscitée. Le distributeur français va publier une étude indiquant les endroits où l’autoconsommation apporte des gains au réseau et permettrait de redistribuer ces gains, prévient la DGEC.

"Il faut analyser le bilan CO2 de la filière éolienne"

Un autre qui n’a pas mâche ses mots c’est, comme à son habitude, Michel-Edouard Leclerc. Il a taclé l’inconstance des politiques en matière d’environnement et d’énergie. Promotion du GPL, transport ferré pour éviter les camions, bioéthanol, borne de recharge électrique… à chaque fois, les réglementations ont changé et laissé ses initiatives au milieu du gué. Mais indécrottable optimiste, il incite aujourd’hui ses partenaires à miser sur l’autoconsommation d’énergie, voulant encore une fois croire que les réglementations vont évoluer dans le bon sens. Mais attention, pas d’éolien... "Il faut analyser le bilan CO2 de la filière éolienne. J’étais pro à 400 % mais ce qui m’arrive aujourd’hui sur mon bureau me rend perplexe. Je voudrais être sûr avant de me lancer dans l’éolien que le bilan global est positif. L’enjeu n’est plus d’être fournisseur d’énergie, mais d’être fournisseur d’énergie verte." Que fait l’Ademe ?

"Un nombre de menteurs impressionnant"

Mais le plus gros pavé dans la marre, c’est Olivier Baud, PDG d’Energypool, qui l’a lancé : "On est dans un monde compliqué avec un nombre de menteurs impressionnant, qui, suivant les lobbys qu’ils défendent, influence des décisions politiques idiotes." Pour le spécialiste de l’effacement et de l’efficacité énergétique, le fait d’être indépendant lui permet, voir l’oblige, à "apporter des solutions économiques pour le bien collectif et à aller contre des mensonges très graves, comme de dire que l’on peut réduire la part du nucléaire à 50% de nucléaire en 2025 !" La faute au manque de capacités de stockage massif d’électricité pour passer massivement aux ENR.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

34 - La Grande-Motte

Fourniture de matériels de balisage en mer

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS