Les réseaux anticipent l'explosion du commerce électronique

Publié le

Dossier Augmentation de la bande passante, accroissement de la puissance des routeurs, mais aussi sécurisation et qualité de service, sont quelques-uns des défis à relever pour doper le commerce électronique.

Les réseaux anticipent l'explosion du commerce électronique

Sommaire du dossier

L'heure n'est plus au " surf sur Internet ". Les industriels des réseaux et les opérateurs réunis à Las Vegas à l'occasion du salon Networld + Interop avaient en tête une tout autre priorité. Leur objectif est maintenant de favoriser le basculement des applications sensibles de l'entreprise sur le réseau des réseaux, avec bien évidemment en ligne de mire le développement du commerce électronique. A ce titre, Michael Dell (Dell Computer) est venu prêcher la bonne parole à Las Vegas. Présentant la deuxième mouture du site de commerce électronique qui vient d'être mise en ligne, il n'a pas manqué de rappeler que ce site génère chaque semaine 100 millions de dollars, soit le quart des revenus du fabricant de micro-ordinateurs. Pour sa part, William T. Esrey, P-DG de Sprint, a, par une allusion à peine voilée à la récente mésaventure d'Eckard Pfeiffer, ex-P-DG de Compaq limogé, souligné que toute erreur dans une stratégie Internet pouvait avoir des effets dévastateurs. Selon lui, " les industriels devraient passer moins de temps à tenter de faire marcher le réseau et plus de temps à s'interroger sur la façon de mieux l'utiliser dans leurs affaires ". Le ton était donné. Pour satisfaire ces nouvelles exigences et faciliter l'essor du commerce de l'électronique, les industriels doivent relever un certain nombre de défis. Le premier d'entre eux est sans conteste l'augmentation de la bande passante des réseaux. Dans le cas des réseaux locaux, tout d'abord, la course à la puissance se poursuit sans trêve. Le gigabit Ethernet, capable en théorie d'acheminer 1 milliard d'informations par seconde, devrait voir son usage se répandre plus largement. Jusqu'à présent, ce réseau local d'entreprise à très haut débit devait bénéficier d'un câblage en fibre optique, ce qui le cantonnait à un rôle de réseau fédérateur. 3COM a dévoilé le 1000 BaseT, une version qui se contente d'un simple câblage classique en paire de cuivre, avec toutefois une limitation en distance. Des serveurs pourront donc être connectés directement à ces réseaux et bénéficier de ces débits. Mais déjà les industriels planchent sur son successeur, qui atteindra un débit de 10 gigabits par seconde ! Des chercheurs des Bell Labs ont présenté sur le stand de l'américain Lucent Technologies une démonstration d'un multiplexeur Ethernet à 10 gigabits par seconde, le Giga-Channel, capable de mixer huit flux Ethernet sur une même fibre optique d'une longueur de 2 kilomètres. Mais qui dit réseau local ne dit pas forcément réseau filaire. Les réseaux sans fil, qui n'ont pas, jusqu'à présent, rencontré un très grand succès, font l'objet d'une nouvelle offensive de la part des constructeurs. A preuve, le finlandais Nokia, qui a annoncé son entrée sur ce marché avec la LanCard. " Nous nous intéressons aux 57 millions de professionnels, aux Etats-Unis et en Europe, qui possèdent un ordinateur portable et qui souhaitent communiquer au sein de l'entreprise ou en déplacement ", a précisé Pekka Ala-Pietila, président de Nokia Wireless Business Communications. Nokia a rejoint quatorze autres industriels, parmi lesquels Aironet, Lucent, Breezecom, Nortel, Proxim, Telxon, Symbol ou Intermec, au sein de la Wireless LAN Alliance (WLANA) pour réaliser une démonstration d'interopérabilité de leurs réseaux locaux sans fil, conformes au standard 802.11, dont ils font la promotion. Ce standard assure aujourd'hui des débits de transmission de 2 mégabits par seconde, mais l'objectif est d'atteindre très vite 11 mégabits par seconde. Le protocole IP directement sur la fibre optique Sur les réseaux longue distance, la course aux hauts débits est tout autant effrénée. Les technologies optiques bénéficient d'une dynamique telle que les records ne cessent d'être battus. Nortel Networks annonce des solutions optiques qui offrent des débits de l'ordre de 1,6 térabit sur une seule fibre grâce à la technologie D-WDM (multiplexage dense à longueur d'onde). Les opérateurs qui testent ces technologies savent qu'ils devront faire face à un accroissement de la demande s'ils généralisent des accès à haut débit à Internet, par câble, par radio ou sur le réseau téléphonique classique avec l'ADSL. Alcatel, qui possède aujourd'hui une place de leader sur ce marché, présentait un modem ADSL lite. Nortel envisage également de marier plus intimement optique et Internet en plaçant directement le protocole IP sur la fibre optique et en s'affranchissant des protocoles Sonet et SDH. L'idée est d'accroître les performances tout en réduisant les coûts. Nortel Networks le démontre avec l'OPTera Metro, une solution de réseau optique de campus à 10 gigabits par seconde, testée actuellement par Microsoft. Toutefois, l'accroissement de la bande passante n'est pas la seule préoccupation des constructeurs. Il faut aussi que les équipements routeurs et commutateurs suivent cette course à la puissance. A preuve, Torrent, une start-up créée en 1996 et acquise récemment par Ericsson, a l'ambition, selon son P-DG, Jean-Luc Abaziou, d'atteindre " le routage à la vitesse du fil ". L'idée est d'intégrer la fonction de routage directement dans le silicium. C'est le cas avec le routeur AXI 540 de Torrent, d'une puissance de 20 gigabits par seconde, dont la place est en périphérie de réseau. Pour gagner le coeur du réseau, des routeurs encore plus puissants, de l'ordre du térabit par seconde, apparaissent sur le marché. Par exemple, le TSR d'Avici Systems. Engouement pour les réseaux privés virtuels Ces routeurs ne doivent pas seulement être puissants, ils doivent également offrir un certain nombre de fonctions de sécurisation pour favoriser ce qui va se généraliser chez les opérateurs : une offre de réseau privé virtuel (VPN). C'est ce que propose Cisco, par exemple, avec le Cisco 7100, son routeur VPN. Il offre quelques fonctions clés, parmi lesquelles le cryptage de données, la sécurisation, un logiciel pare-feu, une gestion de la bande passante et une validation du niveau de service. Les réseaux privés virtuels seront à la base du développement du commerce de l'électronique. Les opérateurs, avec ces offres, vont essayer de concilier l'avantage du coût et de la simplicité d'Internet avec les obligations de sécurité et de qualité de services qu'attendent les entreprises. A Las Vegas, AT & T et MCI-WorldCom ont annoncé le lancement d'offres VPN. Ces VPN devraient remplacer à terme les réseaux privés et les liaisons louées. Ils véhiculeront aussi bien la voix que les données ou les fax. Chacun travaille à l'amélioration de la qualité de service, pour offrir, à terme, comme l'annonce 3COM, la téléphonie IP de qualité opérateur...

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte