Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les régions du centre/MécaniquePour une mécanique plus réactive

, ,

Publié le

Initié par un regroupement d'acteurs industriels et institution nels, « Via Méca » compte parmi les projets les plus vastes. Il s'étend sur six régions de « l'espace central » (Auvergne, Limousin, Centre, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes), le long d'un axe Limoges/Clermont-Ferrand/Saint-Etienne.

Un territoire très porté sur la mécanique. Selon l'Association pour le développement industriel et économique du Massif central et du Centre (Adimac), qui participe activement au montage du dossier, cet espace regroupe 20 % de l'effectif mécanicien français, sur 17 % du territoire. Parmi ces 4 500 entreprises mécaniciennes, des ténors internationaux dont Michelin, Bosch, Renault Trucks, Pechiney-Alcan ou encore Clextral (machines d'extrusion) et HEF (traitements de surfaces) et une quantité de PME maîtrisant des savoir-faire pointus.

Côté formation et recherche, ces régions comptent de nombreux atouts, bénéficiant d'écoles d'ingénieurs (Ecole des mines d'Alès, Enise et Ecole des mines à Saint-Etienne, Institut français de mécanique avancée à Clermont-Ferrand...), de centres techniques comme le Cetim, et de pôles de recherches : optique-vision et centre inter-régional du design à Saint-Etienne, TIMS (technologies de l'information de la mobilité et de la sûreté) à Clermont-Ferrand.

L'objectif de Via Méca : développer des outils et des passerelles entre les donneurs et les preneurs d'ordres afin de réduire les délais entre la définition du besoin des clients et la production industrielle.

Une vingtaine d'industriels de poids déjà présents

Les thèmes abordés, tous centrés sur la mécanique, sont variés. Ils vont de la conduite automatisée des véhicules jusqu'au développement de matériaux composites, en passant par la modélisation d'organisation de systèmes de production industrielle, la mise au point de composants mécaniques, électroniques et optoélectroniques, mais aussi le déploiement de technologies de pointe.

Les secteurs visés : l'aéronautique et l'automobile bien sûr, mais aussi le travail des matériaux et les biens d'équipements. Pour l'heure, une vingtaine d'industriels de poids participent au projet. Celui-ci toutefois pourrait être handicapé par son périmètre géographique « attrape- tout ».

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle