Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les régimes de retraite déficitaires, le gouvernement prend position contre Uber… La revue de presse de l'industrie

Publié le , mis à jour le 16/12/2014 À 08H54

Les régimes de retraite complémentaires des salariés et des cadres sont largement déficitaires, le trou pourrait s'élever à 11,1 milliards d'euros en 2018, le gouvernement promet aux taxis d'interdire le service de covoiturage tarifé UberPOP en France à partir de 2015… Retrouvez l'essentiel de l'actualité de ce mardi 16 décembre dans la revue de presse de L'Usine Nouvelle.

Les régimes de retraite déficitaires, le gouvernement prend position contre Uber… La revue de presse de l'industrie © Le Figaro

Les régimes de retraite à la peine

Les médias s'inquiètent ce mardi 16 décembre de l'avenir du système des retraites complémentaires des salariés et des cadres. Dans un rapport révélé lundi 15 décembre par Le Parisien/Aujourd'hui en France, "la Cour des comptes dresse un tableau alarmant […] et préconise un allongement de deux ans de la durée du travail", rappelle Challenges.

Le Conseil d’orientation des retraites dévoilera dans la journée son propre rapport sur la question. La presse s'est déjà procuré ce document, qui n'est "pas aussi inquiétant qu’attendu", affirme Le Monde. "Une nouvelle réforme des retraites n’est pas nécessaire dans l’immédiat", titre le quotidien.

Le trou des régimes de retraite s'élèvera à 11,1 milliards en 2018", prévoit tout de même le rapport, cité par le Figaro. Et ces "projections [sont] basées sur des hypothèses optimistes, tempère Les Echos. Elles sont fondées sur le scénario de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, inspiré des prévisions de Bercy qui sont régulièrement révisées à la baisse.

Pour Thibault Lanxade, président du pôle entreprenariat et croissance au Medef, interviewé sur Europe 1, des négociations vont s'opérer entre les syndicats et le patronat "pour essayer de faire en sorte que ceux qui capitalisent aujourd'hui puissent continuer à bénéficier d'une retraite".

Uber, cible du gouvernement qui protège les taxis

La presse commente le nouvel épisode de la guerre des taxis contre la société de véhicules de tourisme avec chauffeur Uber. Le 15 décembre, les taxis franciliens ont manifesté contre la start-up californienne et son service de covoiturage tarifé UberPOP, comme le montre l'AFP dans la vidéo ci-dessous. Pour tenter de calmer le jeu, un porte-parole du ministère de l'Intérieur a anoncé dans la journée que le service n'aurai plus droit de cité en France à partir de 2015. Pour Les Echos, le gouvernement engage ainsi "une épreuve de force juridique avec Uber".

"L'exécutif qui, avec sa loi Macron, disait vouloir s'attaquer aux professions réglementées, a cédé face aux taxis en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Uber a beau offrir un service de qualité et des tarifs raisonnables, son application mobile sera interdite à compter du 1er janvier 2015", attaque le site web de Marianne, qui titre son article "Uber, le coupable idéal". La Croix élargit le débat, revenant dans un article qui fait les gros titres sur le modèle controversé de "l'économie collaborative qui bouscule la vieille économie".

Orange vend ses parts de EE au prix fort

Orange s'apprête à faire une bonne affaire, sourient ce mardi 16 décembre les médias tricolores. "L'opérateur français vend sa filiale britannique au prix fort", souligne Les Echos, qui précise : "L’opérateur détient EE à 50-50 avec Deutsche Telekom . Les deux partenaires s’apprêtent à céder leurs parts à BT (ex-British Telecom) pour 15,75 milliards d’euros." Pourtant, la partie n'était pas gagnée d’avance pour EE, puisqu’un autre candidat, O2, filiale de l’espagnol Telefonica, était également en pourparlers avec l’opérateur historique britannique.

Bienvenue dans la maison du futur

La domotique est à l'honneur à la Une du Monde, qui présente à ses lecteurs un reportage dans "la maison rêvée des geeks". La journaliste Véronique Lorelle s'est rendue dans un appartement témoin de 120 mètres carrés installé dans une cave parisienne, qui compte près de 70 applications. "Dans la cuisine, il pianote sur la longue table en Corian et, tout en coupant les tomates, fait apparaître sur le plan de travail une recette de cuisine par le biais d’Internet, puis un match de football", raconte-t-elle.

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle