Les réformes continuent. L'entreprise Lagardère à un tournant de son histoire. Telecom Italia divise les investisseurs. EdF dans le collimateur de Bruxelles...

Partager

Les réformes continuent. Le message que veut faire passer le premier ministre est clair. Dans un entretien aux Echos, Jean-Pierre Raffarin table sur une croissance basse, 1,3 %, mais veut poursuivre la baisse de la fiscalité, la réforme des retraites et mobiliser contre le chômage, malgré la conjoncture incertaine.

L'entreprise Lagardère à un tournant de son histoire. Le goupe d'aéronautique, de défense, de médias et d'édition va devoir vivre sans son fondateur, décédé vendredi, rapportent tous vos quotidiens. Rachat de l'édition de VUP, Nmpp, Canal Plus, direction d'EADS, les dossiers sensibles attendent "l'héritier", Arnaud Lagardère.

Telecom Italia divise les investisseurs. Dans une interview aux Echos, le président du groupe, Marco Tronchetti Provera, justifie la réorganisation et la simplification de l'actionnariat de l'opérateur italien. L'échange d'actions et la fusion avec Olivetti va permettre de réduire l'endettement du groupe.

Royal Ahold victime de sa boulimie. Le Wall Street Journal revient sur les déboires financiers et la chute du distributeur néerlandais. Celui-ci voulait devenir un opérateur mondial, mais semble avoir été dépassé par la frénésie d'acquisitions de son équipe dirigeante.

EdF dans le collimateur de Bruxelles. Mario monti, le commissaire européen à la concurrence, annonce dans La Tribune, qu'il va ouvrir une procédure formelle d'examen sur la garantie illimitée de la part de l'Etat, dont bénéficie l'électricien français du fait de son statut spécial, et qu'il considère comme une aide publique.

La volatilité prime sur les marchés financiers. Après des records de baisse en début de semaine, les bourses européennes ont fortement remonté jeudi et vendredi note, La Tribune. Les indices, très instables anticipent la moindre rumeur sur le conjoncture économique et les développements de la crise en Irak.

Les industriels veulent s'afficher. En investissant dans la publicité, les fournisseurs des marques grand-public, veulent accroitre leur notoriété, analyse La Tribune. Les marques brevets comme Tetrapak ou DuPont Textiles, souhaitent ainsi pouvoir peser sur le choix des industriels.

Didier RAGU

A demain

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS