Les recycleurs de papier multiplient les appels à l'aide

La faible hausse de la collecte compense à peine la fonte du gisement de vieux papiers, constatent les recycleurs. La filière appelle à de nouvelles mesures pour améliorer le fonctionnement du secteur.

Partager

La collecte des vieux papiers n’a augmenté que de 0,6% en 2014, à 7 315 000 tonnes, constate la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Les papiers-cartons ont représenté en 2014 un volume d’affaires de 760 millions d’euros en 2014, soit 8% de l’activité totale. Même s’ils encouragent le tri et la valorisation des papiers, les professionnels du secteur se heurtent à la désaffection des consommateurs pour ce matériau.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une baisse chronique de la ressource collectée, de l’ordre de 5% par an, est enregistrée sur les papiers graphiques (36% de la production française). Il en va de même pour la sous-famille des papiers de bureaux : "les efforts de collecte réalisés ont à peine compensé la fonte du gisement liée aux économies de papiers de bureaux dans le tertiaire", indique le président de la branche papiers-cartons de Federec, Pascal Genneviève. Les papiers de bureaux constituent pourtant une matière première de choix pour les recycleurs : "il s’agit d’un flux très recherché, qui permet de refaire du papier blanc", précise-t-il.

S’inscrire dans le débat environnemental

Améliorer encore la collecte des vieux papiers constitue donc une priorité pour la filière, qui multiplie les propositions de réformes et autres livres blancs auprès des acteurs concernés (Etat, collectivités territoriales, etc.), comme l’a illustré, en novembre dernier, un rapport parlementaire consacré à l’avenir de l’industrie papetière. La dernière initiative en date est signée de l’éco-organisme en charge de la collecte des papiers, Ecofolio. "Les vieux papiers, recyclables au moins cinq fois, sont un champ d’exploration extraordinaire pour l’économie circulaire", s’enthousiasme sa directrice générale, Géraldine Poivert, qui souhaite s’inscrire dans l’engouement pour les questions environnementales généré par la prochaine COP 21.

A cet effet, Ecofolio et le cabinet d’analyses économiques Astères ont rédigé un manifeste basé sur 10 actions destinées à faciliter l’économie circulaire des vieux papiers. La plupart de ces propositions sont déjà connues : réformer l’outil industriel de collecte et de tri, rendre plus cohérent le financement de la filière, clarifier la signalétique incitant au recyclage du papier, mieux organiser le marché, préférer le terme de "ressources" à celui de "déchets", stimuler la demande au moyen de la commande publique et d’une nouvelle politique de prix, utiliser le cadre des investissements d’avenir, créer des clusters régionaux et, enfin, développer l’offre de formation.

Les capacités de traitement en question

D’un point de vue économique, "pour 2015, l’incertitude est de rigueur pour les papiers à désencrer (journaux et magazines)", alerte pour sa part Federec. La nouvelle étape de la réduction des capacités de l’usine UPM Chapelle-Darblay de Grand-Couronne (Seine-Maritime), cette année, se traduit ainsi par une perte d’environ 20% de la capacité française de désencrage des journaux magazines. La collecte n’est donc pas le seul souci des recycleurs.

Franck Stassi

0 Commentaire

Les recycleurs de papier multiplient les appels à l'aide

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS