Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les recrutements de cadres reprennent nettement dans l'industrie

Cécile Maillard

Publié le

Les recrutements de cadres étaient déjà repartis en 2015, ils s'amplifient en 2016, prévoit l’APEC. Dans l’industrie, ils pourraient augmenter de 9%.  

Les recrutements de cadres reprennent nettement dans l'industrie

Les entreprises citées

Les entreprises françaises ont embauché 182 000 cadres en 2015, soit 7% de plus qu’en 2014. Elles ont même créé près de 29 000 emplois nets de cadres, dont 5000 dans l’industrie, selon l’enquête annuelle de l’Association pour l’emploi des cadres (APEC).

La bonne nouvelle, c’est que cette embellie devrait s’accentuer en 2016, selon les prévisions des entreprises interrogées fin 2015. "2016 confirme la bonne reprise des recrutements cadres, qui devraient s’établir entre 182 000 et 200 000, prévoit Jean-Marie Marx, directeur général de l’APEC. On se rapproche des bonnes années d’avant crise, où les recrutements tournaient autour de 200 000."

2016 sera la troisième année de croissance des recrutements cadres, un virage amorcé en 2014. Comment se répartiront ces 200 000 recrutements ?

1/ Dans l’industrie, les recrutements de cadres devraient augmenter de 9%

Les services, qui réaliseront 71% des recrutements cadres en 2016, représentent toujours la locomotive. Deuxième secteur le plus recruteur de cadres, l’industrie réagit très bien, avec des embauches 2016 qui pourraient augmenter de 9% par rapport à 2015, pour atteindre 28200 (dans l’hypothèse la plus favorable).

L’APEC y voit un effet de rattrapage, après plusieurs années durant lesquelles les industriels ont freiné leurs recrutements. En tête des secteurs industriels recruteurs, la mécanique/métallurgie (7100 recrutements de cadres prévus en 2016), suivie des équipements électriques et électroniques (5500), de l’automobile/aéronautique (3300), et de l’agroalimentaire (2300). Le bâtiment se stabilise et stoppe sa dégringolade.

2/ Les recrutements dans les services tirés par le numérique et l’ingénierie

Dans les services, ce sont les activités informatiques et télécommunications qui suscitent le plus de recrutements (42 000), suivies de l’ingénierie et R&D (24 000). "Ce sont les bureaux d’études, notamment dans l’aéronautique et l’automobile, qui recrutent, ce qui montre l’impact de l’innovation sur l’emploi", analyse Jean-Marie Marx, qui y voit aussi un effet du CICE.

Troisième sous-ensemble recruteur, dans les services : les activités comptables et juridiques, soutenues par une forte hausse des besoins juridiques. En quatrième position : la banque et l'assurance.

3/ Les jeunes diplômés enfin à la fête !

Depuis mi-2015, les recrutements de jeunes diplômés (niveau bac+5) reprennent nettement : ils ont augmenté de 9% en 2015 par rapport à 2014, année sombre pour eux.

Depuis la crise de 2008-2009, les entreprises préféraient recruter de jeunes cadres possédant un à dix ans d’expérience, et boudaient les étudiants fraichement sortis d’un master, d’une école de commerce ou d’ingénieurs.

"Faute de trouver suffisamment de candidats expérimentés et libres, les entreprises se tournent vers les jeunes diplômés, qui bénéficient nettement de la reprise des recrutements cadres", analyse Pierre Lamblin, directeur du département études de l’APEC.

En 2016, ils devraient être presque aussi nombreux à être recrutés qu’en 2007. Ce sont surtout les secteurs informatiques et télécommunications qui les embauchent, alors que les premières promotions formées au cloud, aux big data et à la cybersécurité, arrivent sur le marché.

"Mais ces jeunes-là sont recherchés dans tous les secteurs, tous étant fortement impactés par le numérique", ajoute Jean-Marie Marx. Contrepartie de cette bonne nouvelle pour les jeunes : les seniors dégustent. Mais moins qu’avant : les recrutements de cadres dotés de plus de 20 ans d’expérience n’ont baissé que de 1% en 2015 par rapport à 2014, et pourraient augmenter de 2% en 2016, dans la meilleure des hypothèses.

"Le nombre de recrutements de seniors dépend aussi de leur envie de mobilité externe, explique Pierre Lamblin. Or celle-ci était en hausse fin 2015." Après avoir passé les années de crise au chaud, les cadres seniors ont à nouveau la bougeotte.

4/ Les recrutements d’informaticiens ont pour la première fois dépassé ceux des commerciaux

En 2015, pour la première fois, les fonctions "informatique", quel que soit le secteur de l’entreprise, ont recruté plus que les fonctions "commerciales et marketing".

Et la tendance se confirme en 2016, où 42 000 recrutements sont prévus en informatique, contre 37 000 en commercial. Troisième fonction la plus recruteuse pour 2016 : la R&D, avec une hausse des embauches qui pourrait atteindre les 13%, la plus forte progression de toutes les fonctions.

Les tendances relevées par l’Apec sont confirmées par d’autres études : le Syntec Conseil en recrutement note une hausse du chiffre d’affaires de ses adhérents (cabinets de recrutement) de 5% en 2015, surtout en fin d’année, et prévoit une croissance de 10% pour son secteur en 2016. L’intérim des cadres est lui aussi à la hausse. L’Apec se montre optimiste pour les années suivantes. Anticipant une croissance progressive (+1,3% en 2016, +1,5% en 2017, + 1,7% en 2018), une reprise de l’investissement et d’importants départs à la retraite, l’Association pour l’emploi des cadres compte sur 207000 recrutements de cadres en 2017, soit autant qu’en 2007, et 221 000 en 2018.

Cécile Maillard

Retrouvez ici notre classement des entreprises qui recruteront le plus en 2016

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle