Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Les réacteurs nucléaires doivent fonctionner au-delà de 40 ans pour l'Etat

,

Publié le

Document Pas de pré-retraites pour les centrales nucléaires ! Voilà ce que retient le ministère de l’Industrie du rapport  "Energie 2050", remis le 13 février. Pour le gouvernement, il faut que les centrales tournent pendant 60 ans pour conserver une indépendance énergétique.

Les réacteurs nucléaires doivent fonctionner au-delà de 40 ans pour l'Etat © ClicGauche - Wikipedia - C.C.

"Une réduction à 20% de la part du nucléaire à l’horizon 2030 pourrait se traduire par un renchérissement du prix de l’électricité de 20 à 30%", estime le gouvernement. Des déclarations s'appuyant sur les premières conclusions du rapport "Energies 2050" remis à Eric Besson ce lundi 13 février par les rapporteurs Jacques Percebois, professeur à l'université Montpellier 1, et Claude Mandil, ancien directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie..

Selon les conclusions de la majorité présidentielle, ne pas prolonger la durée de vie de certains réacteurs induirait "une perte de valeur supérieure à 100 milliards d’euros".

Les réacteurs concernés seraient ceux potentiellement capables de produire 10 ou 20 ans de plus grâce à quelques investissements, selon les conclusions du ministère. Ne pas les utiliser pendant une décennie de plus, avec l’accord de l’ASN, impliquerait de renouveler les équipements dont le fonctionnement serait forcément plus onéreux. D’où la différence annoncée de 100 milliards d’euros.

Dans un focus, le rapport estime que l’impact de l’arrêt de la centrale de Fessenheim à 40 ans contre les 60 ans possibles coûterait 4 milliards d’euros en valeur jusqu'à 2020.

Des objectifs attribués au nucléaire

Autre argument pour ce site comme pour les autres centrales menacées : le risque de destruction d’emplois. Résultat : "EDF doit poursuivre le travail engagé avec l’ASN pour préparer les première réponses génériques attendues pour 2015 sur la possibilité que nos réacteurs nucléaires fonctionnent au-delà de 40 ans", s’engage Eric Besson.

Le rapport est donc profondément pro-nucléaire et s’inscrit dans la droite ligne du discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Fessenheim, jeudi dernier. Le nucléaire répond, toujours selon ce document, à plusieurs objectifs : diminuer le déficit de notre balance commerciale plombée par l’importation d’énergie (46,2 milliards d’euros sur les 51,4 milliards de déficit) ; produire une électricité peu chère (entre 33 et 50 euros par mégawattheure) ; ne plus dépendre autant d’hydrocarbure et d’énergies fossiles (70% de l’énergie produite en 2011) et avoir une énergie peu émettrices de CO2.

Autre volet abordé : les énergies renouvelables comme complément du mix énergétique. La nouveauté est la volonté de trouver des sous-filières stratégiques. "La France ne pourra pas être présente sur tous les maillons de la chaîne de valeur de toutes les énergies. Il faut être réaliste, en s’appuyant sur nos avantages comparatifs, en termes de tissu industriel et R&D." Le ministère conseille donc d’aller voir vers les véhicules décarbonés, les capacités de stockages et plus généralement vers les technologies peu matures comme le captage du CO2.

 

Enseignements préliminaires du rapport Energies 2050

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle