Les raisons du bras de fer entre le ministère de la Santé et Roche

Le ministère de la Santé aimerait baisser les dépenses de la Sécurité Sociale dans le traitement d’une maladie de l’œil, la DMLA en utilisant un traitement du groupe Roche, moins onéreux, mais pas autorisé pour lutter contre cette maladie. Le laboratoire s’y oppose.

Partager
Les raisons du bras de fer entre le ministère de la Santé et Roche

Elle faisait partie des affaires ciblées par le documentaire "Le scandale du prix des médicaments" diffusé le 13 novembre sur France 3. Depuis l’été 2012, une polémique subsiste sur le coût du traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie de la rétine qui affecte des dizaines de milliers de personnes en France. Un seul médicament était autorisé pour traiter cette pathologie, le Lucentis du laboratoire suisse Novartis, vendu 800 euros la seringue. Soit le traitement qui a coûté le plus cher en remboursement à la Sécurité Sociale en 2012 : 389 millions d’euros ! Des médecins lui préféraient donc l’Avastin, un anticancéreux du groupe suisse Roche, commercialisé vingt fois moins cher. Problème, ce dernier n’est pas autorisé pour le traitement de la DMLA...

Les royalties du Lucentis… reversées à Roche

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a donc tenté de forcer Roche à demander une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour cette indication. Mais le laboratoire s’y oppose fermement. Il faut dire qu’il n’y a aucun intérêt financier. Car c’est lui qui récolte les royalties du Lucentis ! Développé par la biotech américaine Genentech (que Roche a rachetée depuis) en utilisant justement un fragment d’Avastin, le Lucentis a été licencié à Novartis pour sa commercialisation à l’international. Et si Roche s’offusque d’autant plus, c’est qu’entre temps, un nouveau médicament a été autorisé en France contre la DMLA. Eylea, un traitement par injection de l’allemand Bayer, a obtenu un prix des autorités françaises seulement 10 à 15% en dessous du Lucentis. "S’il y a des discussions sur les prix, elles doivent avoir lieu avec les laboratoires concernés !", juge Jérôme Garnier, directeur médical de l’oncologie et l’hématologie chez Roche. Il ne veut pas laisser planer de doute : "Si nous avions la moindre information disponible laissant penser qu’Avastin dans la DMLA était soit plus efficace, soit mieux toléré que Lucentis, soit les deux, cette indication aurait été développée, peu importent les ventes de Lucentis, assure-t-il. Mais ce n’est pas le cas. Or notre business model est d’innover dans des maladies spécifiques où il n’existe pas de traitement. »

La même efficacité, mais pas la même tolérance

Pourtant, une étude clinique de phase 3 (la dernière avant une éventuelle demande d’enregistrement d’un médicament), financée par le ministère de la Santé, a testé l’Avastin dans cette indication chez des patients, et aurait montré la même efficacité que le Lucentis. "Une étude académique dont on ne connait pas les détails ne suffit pas pour constituer un complexe dossier d’enregistrement, qui nécessite de très nombreuses données de toxicologie, d’efficacité, etc. issues de multiples études précliniques et cliniques, insiste Jérôme Garnier. Et si l’efficacité semble identique dans cette étude, les deux produits ne présentent pas la même tolérance générale. Il n’y pas d’antiinfectieux dans l’Avastin, il n’est pas fait pour être injecté dans l’œil et traiter la DMLA !" Il pourrait même provoquer des infections de l’œil, avait signalé l’an dernier la Direction Générale de la Santé. "Nous n’allons pas vers une demande d’AMM car l’Avastin n’a pas été développé pour cela, insiste le directeur médical. Un médicament est mis au point pour répondre à un mode d’action particulier, puis développé pour tester son efficacité et sa sécurité dans le traitement d’une pathologie."

Gaëlle Fleitour

1 Commentaire

Les raisons du bras de fer entre le ministère de la Santé et Roche

Hervé
06/12/2013 11h:20

Dans la revue de l'association Retina France, on a pu lire que l'utilisation de l'avastin avait provoqué des effets secondaires.
En effet l'avastin doit être fragmenté et le danger vient de la.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS