Les quatre raisons pour lesquelles l’investissement ne sera pas le moteur de la reprise

Pour l’Insee, l’investissement des entreprises françaises a mieux résister que dans d’autres pays européens et ne devrait pas connaître de rattrapage l’an prochain.

Partager
Les quatre raisons pour lesquelles l’investissement ne sera pas le moteur de la reprise

L’investissement des entreprises va-t-il progresser en 2014 ? L’Insee s’est intéressé de façon approfondie aux déterminants des projets d’investissement des entreprises françaises. Dans son étude, l’institut de la statistique recense quatre idées reçues sur le sujet. Quatre idées fausses.

Idée fausse # 1 : "Les entreprises françaises n’investissent pas"

Premier constat de l’Insee : l’investissement des entreprises françaises ne se porte pas si mal. Certes, en 2013, les dépenses des entreprises dans ce domaine ont reculé pour la deuxième année consécutive de 1,8 %. Mais rapporté à la valeur ajoutée de l’entreprise, "le taux d’investissement dans l’industrie est encore plus élevé qu’en 2007", estime Cédric Audenis, économiste à l’Insee. Depuis 2000, le taux d’investissement des entreprises est en légère croissance. Au troisième trimestre 2013, celui-ci atteint 17,6 %, un niveau supérieur de plus de 0,5 point à sa moyenne entre 1982 et 2007. L’industrie n’est pas restée à l’écart de ce mouvement. Selon l’Insee, le taux d’investissement du secteur manufacturier a enregistré une hausse de 0,6 point entre 2000 et 2008.

L’investissement des entreprises a même plutôt mieux résisté en France que dans les autres pays européens. Depuis 2000 et toujours selon l’Insee, le taux d’investissement a reculé entre 2 et 7,5 points en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni et en Espagne. Il est resté stable en France. "Hors construction, la baisse depuis 2000 est de 1 point en France, contre -2 points en Allemagne et en Espagne et -4 en Grande-Bretagne", souligne l’Insee dans son étude.

Idée fausse # 2 : "Les entreprises investissent pour renouveler leurs machines obsolètes"

En gros, les entreprises continueraient à investir mais pas pour les bonnes raisons, en consacrant l’essentiel de leurs moyens à des renouvellements de machines plus qu’à l’extension de leurs capacités ou à la mise au point de nouveaux produits. Une chose est sûre : la part consacrée par les entreprises au renouvellement de leurs outils augmente et arrive en tête des motivations avancées pour investir. Mais pour l’Insee, le parc machines français n’est pas forcément plus obsolète qu’ailleurs. Pour l’institut de statistique, les dépenses plus importantes consacrées à la modernisation des équipements s’expliqueraient aussi par la place plus importante des investissements en produits informatiques et logiciels, dont la durée de vie excède rarement cinq ans.

Idée fausse # 3 : "L’investissement ne repartira que si le taux d’utilisation des usines augmente"

Pour l’Insee, peu importe que les usines ne tournent pas encore à plein régime. Lors des phases de reprises précédentes, l’investissement est souvent reparti alors que le taux d’utilisation des capacités de production était encore au plus bas. C’est notamment ce qui s’est passé en 2010. Pour les économistes de l’Insee, l’investissement des entreprises serait aussi peu corrélé aux incertitudes qui pèsent sur l’environnement économique, notamment les questions fiscales.

Depuis 2012, le principal frein à l’investissement est à trouver du côté de la demande. "Dans les enquêtes auprès des chefs d’entreprises, ceux-ci indiquent une forte dégradation de la demande alors que les perspectives de profit ou les conditions de financement n’ont pas subi de décrochage", estime Cédric Audenis. A l’inverse, les bonnes conditions de financement pourraient expliquer en partie la meilleure résistance de l’investissement français. Selon l’étude, "la dégradation du taux de marge des entreprises depuis 2007 aurait été compensée par la poursuite de la baisse des coûts de financement".

idée fausse # 4 : "L’investissement sera le vrai moteur de la reprise"

L’Insee n’y croit pas. "Ni moteur, ni freineur", l’investissement des entreprises devrait être "suiveur", en progressant au même rythme que le PIB mais sans lui donner d’impulsion. Même si les chefs d’entreprises anticipaient un recul de 2 % en valeur de leurs projets l’an prochain, l’Insee table sur une reprise modérée de 0,2 % par trimestre en 2014.

Pour justifier son scenario, l’Insee rappelle que l’investissement a rarement redémarré rapidement en France lors des sorties de crise. "L’idée selon laquelle le rebond de l’investissement est en général le moteur des reprises économiques n’est pas vérifiée en France", souligne l’étude d’une dizaine de pages. De plus, contrairement à l’Espagne ou l’Italie, les entreprises françaises n’ont pas accumulé de retard ces dernières années. Résultat : "La résistance relative de l’investissement hors construction ne laisse pas attendre un phénomène de rattrapage particulièrement marqué". Les dépenses d’investissement en produits manufacturés, qui se sont déjà redressées en 2013 devraient croître plus rapidement que celles dans la construction ou les services. L’Insee les prévoit en hausse de 2,4 % jusqu’en juin.

Solène Davesne

0 Commentaire

Les quatre raisons pour lesquelles l’investissement ne sera pas le moteur de la reprise

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS