Les quatre armes de Huawei pour résister à l’embargo américain

Face à l’embargo américain, Huawei lutte pour sa survie. Pour assurer sa pérennité, le géant chinois parie sur un plan décliné en quatre leviers d’action. La priorité est de tenir debout jusqu’à ce que la Chine gagne son autonomie dans les puces.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les quatre armes de Huawei pour résister à l’embargo américain
Huawei lutte pour sa survie. Son plan de résistance se décline en quatre point principaux.

Tout faire pour survivre. C’est le mot d’ordre de Huawei. Eric Xu, qui occupe la fonction tournante de directeur général, l’a martelé lors de Huawei Connect, l’évènement annuel de l’entreprise qui s’est déroulé cette année à 100 % en ligne du 23 au 25 septembre 2021. «Depuis le 16 mai 2019, nous avons appris à vivre sous les restrictions américaines, a-t-il confié lors de sa conférence de presse le 24 septembre. Nous y sommes habitués, que des restrictions soient ajoutées ou supprimées. Je crois que c'est une expérience unique pour chaque employé de Huawei de vivre et de travailler sous l’Entity List.» L’Entity List est la liste noire du ministère américain du commerce sur laquelle Huawei a été inscrit en mai 2019. Depuis, l’embargo américain a été durci à deux reprises, fermant à la mi-septembre 2020 l’accès du groupe chinois aux puces électroniques partout dans le monde. La dégringolade devient inévitable.

Au premier semestre 2021, le chiffre d’affaires de Huawei a chuté de 20 % en variation annuelle à l’équivalent de 42 milliards de dollars. L’activité grand public, dominée par les smartphones, a fondu de 38 % à 18,2 milliards de dollars, tandis que l’activité historique d’équipements de réseaux dédiés aux opérateurs télécoms a limité la casse avec une baisse de 7 % à 18 milliards de dollars.

A l’instar d’Apple, Huawei dispose en interne d’une capacité de conception de circuits intégrés clés via HiSilicon Technologies, son bras armé dans les semi-conducteurs. Mais à cause des sanctions américaines, cette filiale ne peut plus faire fabriquer ses composants chez des fondeurs de puces comme le taiwanais TSMC, tous tributaires des technologies Made in USA dans leurs process de production.

Pour assurer sa pérennité, Huawei développe de nouvelles activités ne nécessitant pas de puces. L’objectif est de tenir jusqu’à ce que Chine réussisse à développer des alternatives locales aux technologies étrangères, ce qui constitue la priorité des priorités de Pékin depuis que les Etats-Unis lui ont déclaré la guerre commerciale en 2018. Son plan de survie repose principalement sur quatre leviers d’action.

1 - Stocker des puces

[...]

Cet article est réservé aux abonnés

ABONNEZ-VOUS

POUR LIRE LA SUITE

Et accédez à tous les contenus et services de l' édition abonné, soutenez un journalisme d'expertise !

Demain se fabrique aujourd’hui !

A travers nos dossiers, nos chroniques, enquêtes, cas pratiques, ... notre rédaction de spécialistes vous livre des partages d’expérience et témoignages, et vous guide grâce à ses décryptages et ses sélections des meilleures pratiques :

  • Innovations
  • Relocalisations / Made in France
  • Transitions écologique et énergétique
  • Transformation numérique

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS
SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET REJOIGNEZ LA COMMUNAUTÉ DE L’USINE NOUVELLE!
visuel hors abonnement

Abonnez-vous et :

  • Recevez le magazine en version papier ou numérique
  • Accédez à tous les contenus et services du site
  • Inscrivez-vous aux newsletters de votre choix
  • Participez aux webinars animés par la rédaction
visuel hors abonnement