Les prud'hommes de Toulouse tranchent en faveur des salariés de Molex

ACTUALISATION à 15h45 : les salariés de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne), qui a fermé ses portes en 2009, vont toucher des idemnités de la part du géant américain de la connectique. Le conseil des prud'hommes de Toulouse a jugé leur licenciement "sans cause réelle et sérieuse".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les prud'hommes de Toulouse tranchent en faveur des salariés de Molex

[ACTUALISE] "Des licenciements sans cause réelle et sérieuse." Les juges du conseil des prud'hommes de Toulouse (Haute-Garonne) ont finalement tranché en faveur des salariés de l'usine Molex, située à Villemur-sur-Tarn, fermée depuis octobre 2009. 190 d'entre eux (sur les 283 que comptaient le site de production) reclamaient 22 millions d'euros de préjudices. Leur avocat, Me Jean-Marc Dejean a applaudi cette victoire juridique. S'il n'annonce pas de chiffres précis, il concède que certaines indemnités dépassent les 100 000 euros par personne.

L’intersyndicale de l’entreprise Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) ne baisse toujours pas les bras. Elle a toujours contesté la justification économique évoquée par les dirigeants de l’entreprise qui a conduit à la fermeture de l’usine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Spécialisée dans la fabrication de connectiques pour l'automobile, cette filiale française du géant américain Molex, qui occupait alors 283 salariés, a fermé ses portes en octobre 2009. 190 anciens salariés (dont deux tiers d’entre eux sont encore sans emploi) ont engagé une action en indemnisation devant le tribunal des Prud'hommes de Toulouse.

Chaque dossier devant être étudié au cas par cas, le délibéré, initialement prévu pour le 5 décembre, a dû être renvoyé au 27 mars. Au total, le montant global des sommes réclamées en indemnisation est estimé à quelque 22 millions d'euros. Principal argument : le site était viable et la justification économique de la fermeture illégitime. Rappelons qu’en 2010, les dirigeants français de Molex avaient déjà été condamnés à 6 mois de prison avec sursis pour "entrave au fonctionnement du comité d’entreprise".

Un autre jugement confirmant que Molex-Inc (la maison-mère) était co-employeur de Molex Villemur permet aujourd’hui aux ex-salariés d’espérer être un jour indemnisés, alors même que leur usine n’existe plus depuis plusieurs années et que la filiale française a été mise en liquidation en fin d’année 2010.

Marina Angel et Timothée L'Angevin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS