Economie

Les projets chinois de DMC ont du plomb dans l'aile

Publié le

Le projet du groupe textile français, qui consistait à fusionner ses activités tissus sportswear (57 % de l'activité totale) avec le groupe de Hong Kong Cha, par ailleurs actionnaire de DMC à 17,3 %, est en train de capoter.

Jacques Boubal, président du directoire de DMC, a, en effet, annoncé devant ses actionnaires réunis en assemblée générale, que le groupe Cha avait fait « des contre-propositions inacceptables en l'état pour DMC ».

Selon le patron de DMC, le groupe Cha souhaiterait notamment récupérer uniquement les fonds de commerce et le savoir-faire des activités concernées, mais pas les outils industriels. De plus, Cha souhaite pouvoir se retirer à tout moment sans contreparties.

Du coup, DMC envisage une solution de rechange : un accord avec un autre groupe textile asiatique qui lui permettrait d'être présent au plan industriel dans la région. Ce qui signifierait clairement la fin des liens entre DMC et Cha, qui partagent le contrôle à parité d'une usine à Hong-Kong, la société CDW.

Guillaume Lecompte-Boinet

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte