Les profits de Renault s'envolent. BP s'ancre en Russie. Douste-Blazy veut fixer de "nouvelles règles de gouvernance". Le patronat souhaite pousser la recherche et développement...

Partager

Les profits de Renault s'envolent. Sur fond de morosité du marché automobile européen, le constructeur français affiche des résultats records de presque 2 milliards d'euros en 2002, indique Les Echos. Renault est devenu plus rentable, malgré la baisse de ses immatriculations et bénéficie à plein de l'excellente santé de son partenaire japonais Nissan.

BP s'ancre en Russie. Le groupe britannique va investir près de 7 milliards de dollars sur trois ans dans le secteur pétrolier de l'ex-URSS, rapporte Le Financial Times et vos principaux quotidiens. Grâce à la création d'une compagnie, à parité avec deux sociétés russes, British Petroleum pourrait augmenter sa production de 500 000 barils par jour.

Douste-Blazy veut fixer de "nouvelles règles de gouvernance". Dans un entretien aux Echos, le député-maire de Toulouse, qui va présider la commission d'enquête parlementaire sur la gestion des entreprises publiques, s'exprime sur les droits et les devoirs de l'Etat actionnaire.

Le patronat souhaite pousser la recherche et développement. Dans son analyse semestrielle de la situation de l'industrie, le GFI, le Groupe des fédérations industrielles, engage le gouvernement Raffarin à muscler son projet de loi sur l'innovation, relève Les Echos.

Le nouvel eldorado Irakien. Tous les spécialistes s'accordent pour reconnaitre que le sous-sol irakien recèle plus de 10 % des réserves mondiales, prouvées, de pétrole, note Les Echos. Pour autant, avec un appareil industriel en ruines, le pays nécésitera des investissements colossaux pour les exploiter.

Les banques d'affaires sur la sellette. Acteurs incontournables, dans le monde de la fusion-acquisition depuis une dizaine d'années, celles-ci doivent faire face à une crise de confiance croissante de la part de leurs clients, analyse La Tribune.

Gucci fera-t-il trébucher Pinault. François Pinault n'a peut-être pas calculé tous les risques, en soufflant la maison Gucci à son rival français LVMH. Le Wall street journal se demande si celle-ci pourra se remettre de l'éventuel départ de Tom Ford, son styliste vedette.

Didier RAGU

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS