L'Usine Matières premières

Les prix du blé au plus bas depuis cinq ans et demi

Franck Stassi , ,

Publié le

Conséquence de stocks abondants et d’une production soutenue, les prix du blé sont au plus bas depuis 2010, aussi bien sur à Chicago qu’à Paris.

A Chicago, le prix du blé a atteint en février un plus bas depuis cinq ans et demi, à 455 centimes de dollars par boisseau. A Paris, il est passé sous le seuil des 150 euros par tonne. "Nous observons toujours une très forte concurrence avec la mer Noire, mais également entre les pays exportateurs de l’Union européenne. Le grand retour de l’Argentine sur la scène internationale accentue encore davantage la pression sur les prix", précise le fondateur du cabinet de conseil Agritel, Michel Portier.

Les remous provoqués par les autorités égyptiennes, premiers acheteurs mondiaux de blé, qui ont opéré en janvier une volte-face sur le taux d’ergot accepté dans les cargaisons, n’ont pas eu d’impact significatif sur les prix. En revanche, les stocks mondiaux ne cessent de grimper, comme l’atteste le Conseil international des céréales. Ils attendraient 213 millions de tonnes à l’issue de la campagne 2015-16, en hausse de 6,3% sur un an et de 13,1% sur deux ans.

"Il y a aussi aucun signe à l'heure actuelle de tout resserrement important de l'offre de blé la saison prochaine", abondent les analystes de la banque allemande Commerzbank. En France, le stock de blé tendre s’élève à 6 millions de tonnes, son plus haut niveau depuis dix-sept ans ! Signe de la prudence affichée de la part des agriculteurs, les stocks de blé tendre mis en dépôt chez les collecteurs ont augmenté de 51% entre les campagnes 2014-15 et 2015-16.

Franck Stassi

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte