Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les principaux investissements annoncés au sommet de Versailles

Arnaud Dumas ,

Publié le , mis à jour le 23/01/2018 À 07H19

Emmanuel Macron a invité 140 dirigeants de grands groupes mondiaux à Versailles, pour assister au sommet "Choose France" lundi 22 janvier. Il les a incités à renforcer leurs investissements en France. Toyota, Novartis, Facebook,… en tout ce sont 3,5 milliards d'euros qui vont être investis dans l'Hexagone et 2 000 emplois qui seront créés sur cinq ans, selon l'Elysée.

Les principaux investissements annoncés au sommet de Versailles
A l'occasion du sommet de Versailles, organisé par Emmanuel Macron, plusieurs entreprises ont annoncé des investissements en France.
© SOAZIG DE LA MOISSONNIERE

Pour attirer investissements étrangers en France, Emmanuel Macron a convié les dirigeants de grandes entreprises internationales au Château de Versailles lundi 22 janvier pour participer au sommet de l’attractivité, baptisé "Choose France".  Quelque 140 patrons de grands groupes ont accepté de faire escale en France, juste avant le forum économique de Davos, en Suisse, qui se tient du 23 au 26 janvier 2018. Parmi ceux qui se sont rendus à Versailles, se trouvent les dirigeants de géants du numérique comme Google, Facebook ou le chinois Alibaba, des entreprises comme Coca-Cola, SAP, Novartis, ainsi que des banquiers comme JP Morgan ou HSBC.

Ces dirigeants d’entreprises ont discuté en tête-à-tête avec Edouard Philippe, le Premier ministre et plusieurs ministres du gouvernement, dont Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, ou Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. Des organismes publics, comme Business France et Bpifrance, étaient également de la fête.

Emmanuel Macron, quant à lui, s'est entretenu, en fin de journée, avec Sheryl Sandberg, la directrice des opérations de Facebook, Sundar Pichai, le PDG de Google, Vasant Narasimhan, le PDG de Novartis et Bill McDermott, le PDG de SAP. L'occasion de leur rappeler les réformes entreprises depuis son entrée en fonction : les ordonnances sur le travail, la réforme fiscale,… sont autant d’arguments pour inciter les entreprises étrangères à investir sur le sol français. Et ces arguments ont convaincu : les investissements annoncés à cette occasion s'élèvent à 3,5 milliards d'euros et 2.200 emplois sur cinq ans, selon l'Elysée.

Les principales annonces d'investissements

Toyota a annoncé un investissement de 300 millions d’euros sur son site d'Onnaing, près de Valenciennes (Nord), spécialisé dans la production de la Yaris, pour moderniser son outil industriel et préparer le lancement d'un nouveau véhicule. 100 millions d'euros seront consacrés en plus à la formation. Le constructeur japonais compte embaucher 300 personnes d'ici 2019, puis 400 supplémentaires sur ce site comprenant actuellement 3 800 personnes.

Le fournisseur allemand de logiciels SAP a annoncé son intention d'investir plus de deux milliards d'euros sur cinq ans en faveur de l'innovation en France en y ouvrant notamment son deuxième incubateur en Europe qui sera chargé d'accompagner plus de 50 start-up dans leur croissance.

Novartis a annoncé la finalisation de l'acquisition d’Advanced Accelerator Applications (AAA), une biotech française dans la médecine nucléaire, pour 3,3 milliards d'euros. Et  le géant pharmaceutique suisse a confirmé son plan d'investissement sur trois ans de 900 millions d'euros, en essais et recherche clinique, dans le nouveau siège social à Rueil-Malmaison et dans l’extension de l’usine de Huningue (Haut-Rhin).

Facebook a annoncé son intention d'investir  10 millions d'euros supplémentaires en France via son centre de recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle. Le site FAIR, accueillera à l'horizon 2022 60 chercheurs et ingénieurs et 40 doctorants. Et le géant du numérique a annoncé un deuxième volet dans son plan d'investissement comprenant la formation  de 65 000 personnes aux compétences digitales en France d'ici fin 2019 dont 50 000 personnes éloignées de l'emploi en partenariat avec Pôle Emploi et 15 000 femmes.

Google va ouvrir un centre de recherche fondamentale sur l'intelligence artificielle dans l'Hexagone qui sera composé de chercheurs et fonctionnera en partenariat avec la communauté académique française. Apprentissage automatique, langage naturel ou encore vision par ordinateur applicables aux domaines de la santé, des sciences, de l’art et de l’environnement seront au programme de recherche de ce centre. Le géant américain du web souhaite aussi former environ 10 000 personnes par an afin d'améliorer leurs compétences numériques en créant quatre espaces "Les Ateliers Numériques de Google".

Et aussi

  • East Balt va investir 37 millions d'euros sur son site de Plessy-Pâté (Essonne, Ile-de-France) dédié à la fabrication de buns (pains) et 65 créations d’emplois sont attendues.
  • Le groupe agroalimentaire coréen SPC a annoncé un investissement greenfield de 20 millions d'euros dans la Manche (Normandie), à Saint James, pour la création d'une usine de confection de viennoiseries surgelées. 45 créations d'emplois sont prévues en première phase "avec un potentiel additionnel important", a précisé SPC.
  • General Mills a annoncé l'extension d'une ligne de production de bâtonnets glacés sur son site d'Arras (Hauts-de-France) pour 17 millions d'euros avec une cinquantaine d'emplois attendus.
  • Fresh Del Monte va créer une usine de découpe de fruits frais dans la Somme, représentant un investissement de 9 millions d'euros.
  • Airties va installer un centre d'innovation dans Paris intramuros avec une première équipe de 15 personnes d’ingénieurs et d'un centre de R&D à Rennes. Ce projet devrait représenter 120 emplois sur 3 ans à Paris et en Bretagne.
  • Manpower a évoqué un projet de création d’emplois dans les quartiers de la ville (1 000 emplois CDI intérimaires), couplés à une formation à un métier demandé par le bassin d’emploi.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle