Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les premiers tracteurs Kubota sortent de la nouvelle usine de Dunkerque

, , , ,

Publié le

Kubota inaugure le 16 septembre sa nouvelle usine d’assemblage de tracteurs de Bierne, près de Dunkerque (Nord). Le japonais a investi 40 millions d’euros. Cela devrait générer, d’ici 2017, la création de 140 emplois.

C’est sur la zone d’activités de Bierne (Nord), à l’entrée de Dunkerque et au bord de l’autoroute A25, que Kubota Farm Machinery Europe SAS s’est installé. Sur un site de 115 000 mètres carrés (dont 37 000 pour le bâtiment principal), le constructeur japonais a progressivement lancé sa production d’assemblage de tracteurs depuis le mois d’avril. L’objectif est d’atteindre d’ici 2017 une sortie de trois mille unités par an.

Il s’agit de tracteurs de grande taille de 130, 150 et 170 chevaux, un marché sur lequel Kubota est peu présent en Europe et où dominent les américains Massey-Ferguson et John Deere.

Le marché des grandes cultures en ligne de mire

"Si nous voulons continuer à croître dans le monde, à moyen et long terme, et contribuer à résoudre les problèmes d’alimentation mondiaux, nous devons nous diriger vers le marché des grandes cultures. Donc devenir un constructeur offrant une gamme complète de machines agricoles qui pourra concurrencer les entreprises globales sur les marchés de la culture du riz et de la grande culture de blé, maïs et soja, ces dernières occupant environ 43 % des surfaces totales cultivées dans le monde", avait commenté Yasuo Masumoto, président de la société Kubota, lors de l’annonce de cet investissement en France fin 2013.

Le port de Dunkerque, atout stratégique pour Kubota

L’usine dunkerquoise assemble les différents composants (moteur, cabines, roues…) qui sont acheminées par conteneurs directement depuis le Japon. La proximité du port de Dunkerque est un atout, tant pour l’importation des pièces que pour l’exportation des tracteurs. Cela "nous donne un avantage substantiel en termes de coûts logistiques" assure Yasuo Masumoto. Kubota destine ces grands tracteurs aux marchés européen, nord-américain, australien et même japonais.


Site Kubota de Dunkerque

Pour bâtir sa nouvelle stratégie de développement, Kubota a fait l’acquisition, en mai 2012, de Kverneland ASA, un constructeur d’accessoires agricoles basé en Norvège. L’ouverture de l’usine d’assemblage de Bierne marque, selon la direction du groupe, la deuxième étape de son entrée sur le marché de la grande culture.

En France, Kubota Corporation est présent depuis 1974 à Argenteuil (Val-d’Oise), via sa filiale Kubota Europe. Elle est implantée sur un site de 40 000 mètres carrés, dédié à la commercialisation de petits tracteurs, mini-pelleteuses (un marché sur lequel Kubota est leader en France), moteurs, tondeuses et véhicules utilitaires agricoles, ainsi que de pièces de rechange. D’autres filiales commerciales de Kubota Europe sont implantées en Italie, Grande-Bretagne, Allemagne, Pologne et Espagne.

Kubota Europe a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 439 millions d’euros. Quant au groupe, il a annoncé, au 31 mars 2015, un chiffre d’affaires global de 11,81 milliards d’euros, avec un effectif mondial de 34 437 salariés.

Francis Dudzinski

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

21/09/2015 - 17h33 -

Après la revente de Renault Agriculture à l'allemand Claas, arrivée à 100% en 2008, c'est encore une entreprise asiatique qui nous démontre que la France, c'est rentable! (Cf l'électronique en Lorraine, Toyota à Valenciennes,...)

Il est vrai que l'héritage de Louis Renault avait quelque chose d'hétéroclite (pneus, huile, groupes électrogènes, etc. - tout cela est revendu) et que la période d'équipement de l'après-guerre est bien loin ...
Mais il faut bien constater que nos gestionnaires étatiques gèrent surtout de l'argent et pas ces rapports stratégiques subtils entre la technologie et l'argent qui font les industries pérennes pour l'économie de la France.
Répondre au commentaire
Nom profil

18/09/2015 - 16h13 -

Enfin !!! il était temps d'investir ce marché !! Je suis passionné de la marque depuis toujours et je pense qu'on vient de franchir un véritable cap industriel là.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle