Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Les premiers pilotes embauchés à Air France depuis 2008 bientôt aux commandes

Pierre Monnier ,

Publié le

La compagnie aérienne française a entrepris de recruter 102 pilotes. Une première depuis le gel des embauches en 2008. Les premiers piloteront dès la fin du mois.

Les premiers pilotes embauchés à Air France depuis 2008 bientôt aux commandes © Air France - Twitter

Après huit ans de disette, la principale compagnie aérienne française vient de rouvrir les vannes du recrutement. Entre le 1er octobre 2016 et le 31 mars 2017, Air France va embaucher 102 pilotes et 57 autres pour sa filiale Transavia. "C’est un événement très attendu par la communauté des pilotes", assure Philippe Crébassa, le directeur adjoint de l’ENAC (l’Ecole nationale d’aviation civile). Car depuis 2008, aucun pilote n’a été embauché au sein d’Air France. "Il y en a bien eu quelques-uns pour Transavia, mais aucun pour la compagnie mère, explique Véronique Damon, secrétaire du SNPL (syndicat national des pilotes de ligne) et pilote sur Boeing 777 chez Air France. Nous sommes passés de 4 375 pilotes en 2008 à 3 555 en 2015 pour une activité à peu près équivalente."

Comme dans tous les secteurs, la crise économique de 2008 est à l’origine des turbulences du transport aérien. Face à la chute d’activité, la compagnie française s’est alors retrouvée en sureffectif. "Nous avons arrêté les embauches pour absorber le surplus de pilote, justifie la direction. En moyenne, entre 80 et 100 pilotes quittent Air France tous les ans." La compagnie a donc dû attendre pour retrouver une masse de pilotes en adéquation avec son activité. Mais la chute des effectifs s’enlise au 1er janvier 2010. A cette date, l’âge de départ à la retraite obligatoire pour les pilotes passe de 60 à 65 ans. "Les pilotes peuvent toujours partir un peu plus tôt, précise Véronique Damon. Aujourd’hui, les pilotes partent à la retraite en moyenne à 63 ans." Pour Air France, cette mesure est un coup dur qui pèse financièrement sur la société. "Nous nous sommes retrouver dans une situation où les pilotes ne partaient plus, se souvient un cadre. Ces personnes étaient en fin de carrière et représentaient donc les plus hauts salaires."

La reprise des formations internes

"Aujourd’hui, l’effet déplafonnement a été intégré, souligne Véronique Damon. Nos départs à la retraite sont revenus à la normal et l’activité à un niveau équivalent à l’avant-crise." Seul problème, en huit ans, Air France a perdu 820 pilotes. "Nous sommes arrivés à un point où le nombre de pilotes devient bloquant", analyse la secrétaire du SNPL. Cet été, tous les pilotes ont reçu un appel ou un sms leur demandant de prendre un vol pendant leurs congés." En jouant sur la flexibilité des pilotes, la compagnie française a pu retarder la reprise des embauches. Mais la direction admet désormais qu’elle a "besoin de pilote pour faire voler ses avions. Nous aurions pu passer l’été 2017 de manière très tendue, mais pas 2018." La décision de recruter à nouveau a donc été prise. "Il valait mieux reprendre dès cette année, plutôt que d’embaucher le double de personne l’année prochaine."

La mécanique de recrutement est très lourde. Chacun des nouveaux pilotes devra recevoir une formation, appelée qualification de type (QT). Cette certification permet de voler sur un avion spécifique. Partagées entre des cours théorique au sol, des séances en simulateur et des étapes de vol, ces formations sont dispensées par des pilotes instructeurs. "Au lieu de voler 80 heures pour le long-courrier ou 65 heures pour le moyen-courrier dans le mois, un pilote instructeur n’en fera que la moitié ou un quart et consacrera le reste de son temps de travail aux formations", explique Véronique Damon. Avant le gel des embauches, 1 000 QT étaient réalisées chaque année. Mais le peu d’évolutions de carrière a permis de baisser le nombre de pilotes instructeurs chez Air France de 569 en 2008 à 365 en 2015. La compagnie a donc du renforcer ses effectifs de pilotes instructeurs d’environ 150 personnes en septembre. "Les pilotes détachés pour la formation vont créer un manque, remarque la secrétaire du SNPL. Cela implique de recruter de nouveaux pilotes. Et au final, la reprise des embauches va créer de nouvelles embauches."

Toujours un risque de sureffectif

Air France aurait souhaité recruter une trentaine de pilotes supplémentaires. Mais une convention de 2014 implique que les nouveaux pilotes Air France proviennent pour un tiers d’élèves de l’ENAC, un tiers de pilotes déjà en activité dans d’autres compagnies, et un tiers issus de la filiale de voyages intra-territoriaux Hop. La compagnie s’est retrouvée limitée dans sa capacité de recrutement par sa propre filiale. Car Hop n’a pas pu fournir davantage de candidats sans courir le risque de se retrouver elle-même en sous-effectif de pilote. Cette règle des tiers bénéficie néanmoins aux élèves de l’ENAC. Philippe Crébassa assure que "dans les douze prochains mois, tous les EPL (élève pilote de ligne) sortis de l’ENAC depuis 2014 seront embauchés".

Le premier stage de recrutement d’Air France a débuté le 10 octobre. Les 12 premières recrues d’Air France depuis 2008 entreront en service d’ici la fin novembre. L’ensemble des nouveaux pilotes seront formés avant le mois de juin afin de pouvoir être déployés durant l’été. Par la suite, la compagnie compte fixer ses embauches annuelles aux alentours de 80 pilotes. Cette politique de recrutement permet à Air France de "combler les départs à la retraite" sans risquer "le sureffectif". Une manière de vivre avec son épée de Damoclès : la rechute de l’activité aérienne.

Pierre Monnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle