Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

LES PREMIÈRES VICTIMES DE FREE MOBILE

, , , ,

Publié le , mis à jour le 30/03/2012 À 12H12

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Les langues se délient et les têtes tombent suite à l'arrivée de Free Mobile en janvier. Première victime : Frank Esser, le PDG de SFR. Jean-Bernard Lévy, le président du directoire de Vivendi, ne le jugeant pas apte à répliquer au quatrième opérateur mobile, prend en main l'opérateur. Malgré le lancement de l'offre RED à bas prix, la maison mère de SFR réclamerait une posture plus offensive. Frank Esser ayant plutôt joué la défensive, accusant Orange d'avoir facilité l'arrivée de Free. Il ne serait pas le seul à y laisser sa place. Jean-Ludovic Silicani, le président de l'Autorité de régulation des télécommunications électroniques et des postes (Arcep) estime que l'arrivée de Free Mobile pourrait entraîner la suppression de 5 000 à 10 000 emplois sur le secteur. Des chiffres impressionnants, même s'ils ne prennent pas en compte les possibles créations de postes par le quatrième opérateur, qui a notamment ouvert deux centres d'appels en région parisienne.

La fuite de clients vers Free Mobile (550 000 auraient quitté leurs offres traditionnelles depuis janvier) alourdissent surtout une situation déjà difficile. Les ventes de SFR en 2011 ont chuté de 3,1 % à 12,18 milliards d'euros, conduisant Vivendi à envisager des mesures de restriction. Même situation chez Bouygues Telecom, malgré un chiffre d'affaires en hausse de 2 % à 5,74 milliards d'euros, mais des prévisions à - 10 % pour 2012. Orange, lui, a affiché la stabilité avec 45,28 milliards d'euros. Et il s'est en partie mis à l'abri en signant un accord d'itinérance avec Free évalué à 1 milliard d'euros. Ce qui ne l'empêche pas de hausser le ton depuis le 20 mars et les pannes à répétition chez le nouvel entrant. Elles auraient touché quelques abonnés Orange. Alors, l'opérateur menace « d'exercer la capacité inscrite dans notre contrat de suspendre l'itinérance si les problèmes de leur réseau affectent la qualité du service à nos propres clients. » Les opérateurs ne sont pas les seuls à souffrir. Olivier Duha, le coprésident de l'opérateur de centres d'appels Webhelp, évoque des négociations plus dures sur les prix avec ses clients opérateurs et une érosion de ses marges. Face aux offres sans engagement, The Phone House a gelé l'ouverture de 15 nouvelles boutiques en 2012. Quant aux équipementiers, ils ont sans doute vu d'un bon oeil les déclarations des trois concurrents de Free, qui se sont tous vantés d'accélérer les tests et les déploiements de leurs réseaux 4 G.

 Voir aussi : l’arrivée de Free Mobile pourrait entraîner la suppression de 5 000 à 10 000 emplois

 

10 000

emplois devraient être supprimés suite à l'arrivée de Free Mobile, selon l'Arcep.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle