Par âge, par région... Les premières pistes du gouvernement pour le déconfinement

Interrogé par les députés dans le cadre de la mission d’information parlementaire sur l’état d’urgence sanitaire ce 1er avril, Edouard Philippe a détaillé les pistes étudiées par le gouvernement pour le déconfinement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Par âge, par région... Les premières pistes du gouvernement pour le déconfinement
Edouard Philippe s'est exprimé le 1er avril devant la mission d'information parlementaire sur l'état d'urgence sanitaire.

La France est soumise à un confinement strict depuis le 17 mars, et au moins jusqu’au 15 avril. Dans quelles conditions les citoyens pourraient-ils à nouveau circuler librement ? La question a été posée au Premier ministre Edouard Philippe ce 1er avril, lors de la séance d’ouverture de la mission d’information sur l’état d’urgence sanitaire. "C’est une question redoutablement complexe, car il n’y a pas de précédent, donc pas de méthode éprouvée", a-t-il répondu.

"Le seul précédent qui existe, en Chine, pour la région du Hubei, n’est pas reproductible chez nous, estime Edouard Philippe. Le déconfinement va dépendre dans sa réalisation d’éléments dont nous ne disposons pas aujourd’hui entièrement. On sent bien qu’il sera différent s’il existe des traitements éprouvés ou pas ; cela dépendra aussi de notre capacité à tester, et à tester quoi, et qui, avec quelles capacités. Cela dépendra aussi de la façon dont le virus aura circulé, quelles proportions de Français pourront disposer d’une immunisation".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A LIRE AUSSI

Cela fait encore beaucoup d’inconnues, alors que le pic de l’épidémie n’a pas encore été atteint. "Nous avions décidé du confinement en application d’une stratégie qui consiste à limiter le nombre de cas sévères pour ne pas dépasser les places disponibles dans les services de réanimation. Cela reste un indicateur décisif pour le déconfinement". Un point sur l’évolution du nombre d’entrée dans les services de réanimation doit être réalisé en fin de semaine.

A LIRE AUSSI

Un déconfinement par régions ou par classes d'âges ?

Plusieurs hypothèses sont ouvertes sur la modalité du déconfinement. "Il est probable que nous ne nous acheminions pas vers un déconfinement général, absolu, en une fois pour tout le monde", a concédé le Premier ministre. "Plusieurs équipes travaillent sur la question, avec des options de déconfinements régionalisés, sujets à une politique de tests ou en fonction de classes d’âges, par exemple".

Pas de tracking imposé

Dans le cadre de la sortie de confinement, le suivi des Français par des outils numériques (le tracking grâce à des applications mobiles, par exemple) n’est en tout cas pas possible dans l’état actuel des choses. "Ce ne serait pas légal", a précisé le Premier ministre. "Ce serait peut être possible sur le fondement d’un engagement volontaire, pour mieux tracer la circulation du virus". La question est ouverte, mais la France n’a pas les outils pour rendre obligatoire ce suivi des personnes malades et de leurs contacts, a rappelé Edouard Philippe.

A LIRE AUSSI

La question sera publiquement débattue avant d’être tranchée, a promis Edouard Philippe. "La discussion sur ce déconfinement devra avoir lieu, elle devra prendre en compte avant tout des impératifs de santé. Nous espérons pouvoir avancer et présenter des éléments sur une stratégie de déconfinement dans les jours et les semaines qui viennent".

A LIRE AUSSI

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS