Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Alimentation] L'encadrement des promotions et le relèvement du seuil de revente à perte enfin adoptés

, ,

Publié le

Le gouvernement a adopté, ce 12 décembre, les premières ordonnances de la loi Alimentation. Au menu du jour: l'encadrement des promotions et l'augmentation du seuil de revente à perte. 

[Alimentation] L'encadrement des promotions et le relèvement du seuil de revente à perte enfin adoptés
Les premières ordonnances de la loi Alimentation enfin adoptées.

Prévues pour le Conseil des ministres du 4 décembre puis reportées à fin janvier 2019 pour cause de mouvement de "gilets jaunes" avant d'être de nouveau inscrites à l'ordre du jour, les premières ordonnances de loi Alimentation ont finalement été adoptées mercredi 12 décembre.

Les deux premières mesures concernent le seuil de revente à perte et l'encadrement des promotions et seront mises en place dés début 2019. 

L'encadrement des promotions au 1er janvier

A partir du 1er janvier 2019, finies les promotions du type "deux produits pour le prix d'un" que l'on voyait régulièrement fleurir dans les supermarchés. C'est ce que vient d'entériner le Conseil des ministres réuni ce 12 décembre. Selon le texte adopté, les promotions seront, en effet, encadrées. En valeur, il faudra désormais acheter l'équivalent de deux produits au minimum pour pouvoir bénéficier du 3ème gratuitement. "Les produits agricoles ont un coût et ce coût doit être répercuté" a expliqué le ministre pour justifier la mesure. "Il ne peut pas toujours y avoir des promotions qui font que lorsqu'on achète un produit, on en a plusieurs gratuits", a t-il ajouté. 

Le relèvement du seuil de revente à perte

Finies également les offres comme celles d'Intermarché qui, en février 2018, proposait des pots de Nutella à -70%. Le conseil des ministres vient, en effet, d'adopter l'ordonnance imposant le relèvement du seuil de revente à perte.

Dès février 2019, les distributeurs auront obligation de revendre les produits alimentaires au moins 10% plus chers que le prix d'achat. "Il n'est pas possible que les agriculteurs vendent leur produit à perte, il n'est pas possible qu'ils se fassent étrangler" s'est emporté Didier Guillaume. "Cette ordonnance va permettre une meilleure répartition de la valeur et un meilleur revenu pour les agriculteurs" a ajouté le ministre. 

Réactions du monde agricole et des industriels

Ces ordonnances seront effectives dès les négociations commerciales annuelles qui ont commencé fin novembre et doivent se poursuivre jusqu'au mois de février.

Les syndicats agricoles se sont d'ailleurs félicités de la mesure. "Cette première ordonnance a été actée et va permettre de rééquilibrer les relations commerciales entre acteurs", a commenté la présidente de la FNSEA Christiane Lambert à l'AFP. Même satisfaction du côté des industriels. A travers la voix de leur principal syndicat, l'ANIA (association nationale des industries agroalimentaires), ceux-ci ont salué la décision du gouvernement. "Les entreprises de l’alimentation sont prêtes à s’engager pour respecter et faire respecter toutes les dispositions prévues dans la loi. C’est ce que nous nous apprêtons à faire formellement dans les tous prochains jours" a précisé Richard Girardot, le président de l'ANIA. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle