Les pouvoirs publics cherchent une issue au conflit d’Edscha à Briey

En grève depuis une semaine, les salariés lorrains de l’usine Edscha de Briey (Meurthe-et-Moselle) refusent le projet de leur maison-mère espagnole, qui prévoit 45 suppressions de postes et la perte d’avantages salariaux sans pour autant garantir la survie du site briotin de 132 salariés.

Partager

Les pouvoirs publics cherchent une issue au conflit d’Edscha à Briey

Les représentants des salariés et de la direction d’Edscha seront reçus le 7 mai au matin dans les locaux de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dirrect) de Metz (Moselle), pour tenter de débloquer le conflit qui perdure depuis fin avril sur le site de Briey (Meurthe-et-Moselle).

Le 28 avril, les salariés de cette usine spécialisée dans la production de pédaliers freinage, de charnières pour portières et de toits ouvrants, ont appris lors d’une rencontre avec Torsten Greiner, PDG d'Edscha, que le groupe conditionnait la survie du site à un plan d’économie de 1,8 million d’euros et à l’obtention de nouveaux contrats auprès de PSA et de General Motors. L’usine, qui compte132 salariés en CDI, perdrait 45 postes fixes et une trentaine d’intérimaires, les salariés étant par ailleurs priés de renoncer à une partie de leur treizième mois et de leur prime d’ancienneté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"C’est la survie même du site qui est en jeu. La direction a pour l’heure refusé d’engager les négociations et donne le sentiment de vouloir se désengager", estime Samuel Pipoli, représentant syndical CFDT. Repreneur de l’usine en 2009, Edscha a obtenu une aide régionale de 450 000 euros conditionnée par le maintien de l’effectif, qui se montait alors à 160 salariés. Le groupe a respecté cet engagement, qui le liait pour une durée de trois ans, mais a laissé fondre ses effectifs sitôt ce délai écoulé.

L’usine destine 80 % de sa production à PSA et fournit l’usine Toyota de Valenciennes (Nord) et le site de Sovab à Batilly (Meurthe-et-Moselle). Aucun camion n’ayant pu entrer ou sortir depuis le 29 avril, les clients craignent une prochaine rupture de stocks.

Pascale Braun

Pascale Braun (Lorraine)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS