Les pompes Lewa soufrent le gaz

Laurent Rousselle , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Les pompes Lewa soufrent le gaz
Pour prévenir le consommateur et les opérateurs d’un risque d’explosion ou d’asphyxie, le gaz naturel doit être odorisé. Des composés organiques tels que le tétrahydrothiophène (THT) et le mercaptan (thiol) sont généralement injectés pour ajouter une odeur de soufre à ce combustible inodore. En France comme en Espagne, ces produits sont injectés dès l’entrée du gaz sur le territoire. Ou, dans le cas du biogaz, dès le point de production. Or les projets de méthanisation se multiplient. L’Allemagne prévoit un décuplement de la production d’ici à 2050, de 9 à 100 térawatts. La France compte 84 unités fonctionnelles et 700 projets dans les tuyaux. Cet essor du biogaz ouvre un marché important pour les pompes d’injection de produits odorants. Jusqu’à 12 500 Nm3/h[…]
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte