PME-ETI

Les PME-ETI ont désormais une bourse dédiée : EnterNext

,

Publié le , mis à jour le 24/05/2013 À 08H51

La société de bourse NYSE Euronext a lancé ce matin officiellement une place de marché pour les PME et ETI. Une opportunité pour trouver de nouveaux financements qui devra lever des résistances culturelles chez les PME.

Les PME-ETI ont désormais une bourse dédiée : EnterNext

Jean-François Roubaud, le patron de la CGPME, est désormais administrateur d’une filiale de la société de bourse NYSE Euronext. Il a rejoint le conseil d’administration d’EnterNext, la bourse des PME-ETI qui vient d’être officiellement lancée ce jeudi 23 mai. Un nomination symbole de la volonté de se rapprocher réellement des PME. L’outil est crucial pour permettre aux entreprises d’accéder au financement à l’heure où le crédit bancaire se réduit sous l’effet des nouvelles règles prudentielles.

Pas de révolution en termes de moyens financiers

NYSE Euronext a doté sa nouvelle filiale d’un budget de 18 millions d’euros, dont 4 à 5 en propre et le reste qui sera apporté en services mutualisés de la maison mère. Dominique Cerutti, le président de NYSE Euronext a justifié cette décision par le souci de ne pas recréer un nouveau marché de A à Z alors que "l’outil informatique est là et que les structures d’accueil existantes d’Euronext et d’Alternext sont de qualités et dotés d’une excellente liquidité". Selon lui, ce budget représente une hausse de 15 % par rapport à celui qui était jusqu’ici alloué aux PME chez NYSE Euronext.

NYSE Euronext compte donc avant tout sur l’effet de levier d’une structure dédiée (20 personnes), chapeautée par un PDG et aiguillée par un conseil d’administration qui a tout intérêt au succès de l’initiative. Au côté de Jean-François Roubaud, le conseil compte ainsi deux représentants du capital investissement, le Français Louis Godron et le Belge Koen Dejonckheere qui espèrent de belles sorties pour leurs sociétés en portefeuille avec cette nouvelle place.

Concrètement, EnterNext sera chargé de promouvoir le financement par les marchés auprès des entreprises, de gérer la relation avec les PME au plus près du terrain en région, de développer des services et des produits adaptés au-delà des actions et des obligations et d’animer l’écosystème de prescripteurs et d’analystes. Dominique Cerutti a déjà annoncé une baisse des prix de transferts entre compartiments de 50% mais l’ensemble de la politique tarifaire sera déterminé par le PDG qui doit arriver dans quelques jours.

Des PME toujours méfiantes

Aujourd’hui seul 1% des PME se financent sur les marchés financiers. Une situation qui résulte d’une responsabilité partagée. L’attitude des PME va de la méconnaissance à la franche défiance envers la bourse, NYSE Euronext proposait des services et des tarifs perçus comme inadaptés, les conseillers des PME sont coûteux et pour couronner le tout les analystes se désintéressent le plus souvent des petites valeurs. C’est tout cet écosystème qu’il va falloir désormais faire fonctionner. En commençant par convaincre les entreprises. Ce qui n’est pas gagné.

Etienne Bernard, Président de Bernard Contrôls et de la commission PME du Medef félicitait ce matin chaleureusement Dominique Cerutti pour l’accouchement de son nouveau bébé, mais peu après en privé il confiait "que son entreprise de 50 millions d’euros était bien trop petite pour songer à la bourse". De son côté, le candidat en pole position pour la présidence du Medef, Pierre Gattaz, affirme qu'il cherche à sortir définitivement son entreprise, Radiall, de la cote. Pourtant, le patron d’une TPE d’une vingtaine de personnes de Sofia-Antipolis, François-Pierre Le Page (Loginpeople) qui s’est introduit en bourse le 7 janvier dernier expliquait qu’il y avait gagné non seulement des capitaux mais aussi une nouvelle visibilité qui lui a permis de signer des accords commerciaux avec tous les grands partenaires de son secteur.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte