Les PME du Poitou-Charentes jouent collectif au Bourget

Le Poitou-Charentes compte quelque 150 entreprises qui travaillent pour l’aéronautique, pour environ 9000 emplois, ce qui classe la région au septième rang français du secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les PME du Poitou-Charentes jouent collectif au Bourget
Zodiac Aerospace

Les grands groupes français de l’aéronautique sont présents en Poitou-Charentes. Eads Sogerma a son siège à Rochefort (Charente-Maritime) où près d’un millier de salariés travaillent à la production de tronçons d’Airbus. Zodiac Aerospace y possède deux filiales, Aérazur à Cognac (Charente), avec 300 salariés, qui produit des équipements de sécurité, toboggans d'évacuation, gilets de combat et canots de sauvetage, et ECE (800 salariés) à Niort (Deux-Sèvres), leader mondial des contacteurs, le cœur électrique des avions. Dans la Vienne, Dassault Aviation fabrique des verrières d'avions de combat à Poitiers avec 130 salariés, Saft (800 salariés) des batteries pour l’aérospatiale alors qu’à Châtellerault Thalès emploie 430 salariés, et Safran Snecma 700 personnes.

Plus de visibilité pour les PME

Pour la première fois cette année, les PME régionales sont en nombre au Bourget. L’association professionnelle régionale Aéroteam, qui compte 60 entreprises adhérentes, a monté un stand qui accueille 10 entreprises, comme Adial, spécialiste des alliages d’aluminium, qui emploie une vingtaine de salariés à Adriers, dans le sud de la Vienne, BacBobinage, basée à Genté près de Cognac, qui fournit aux grands donneurs d’ordres des produits de bobinage, ou encore Luchard Décalcolux, PME de 40 salariés implantée à Jonzac (Charente-Maritime), spécialiste de la sérigraphie et de l’autocollant, qui réalise 10 % de son chiffre d’affaires de 3,8 millions d’euros dans le marquage aéronautique. "Nous produisons des décalcomanies techniques, comme les cocardes des Rafale, capables de résister à mach 2 avec des amplitudes de températures de 100 degrés, explique Olivier Martin, directeur commercial. Pour nous, être au Bourget est une façon de s’inscrire dans le paysage."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le département de Charente-Maritime a également son stand avec une quinzaine de PME. Des entreprises de taille plus importantes ont leur propre stand. C’est le cas de Simair, qui emploie 220 salariés à Rochefort et 40 à Toulouse, à la production de meubles de cabine et d’éléments de structure pour Airbus et ATR, pour un chiffre d’affaires de 26 millions d’euros. "Si on n’est pas au Bourget, on n’existe pas", note son PDG Bertrand Cointy. Autre PME régionale présente au Salon, Mécafi, spécialiste de l’usinage de pièces taillées dans la masse basée à Châtellerault (Vienne), qui emploie 250 personnes en France et 150 en Italie, pour un chiffre d’affaires prévisionnel de 50 millions d’euros en 2013. "C’est notre troisième salon, dit son PDG Sylvain Accorsini. Il s’agit moins de faire des affaires que de retrouver nos clients. S’il y une opération de communication à faire, c’est Le Bourget."

De notre correspondant en Poitou-Charentes, Jean Roquecave

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS