Les petits arrangements de Daech et du gouvernement syrien concernant les champs gaziers

Dans une longue enquête, le Financial Times décrit comment, le besoin en énergie pousse le régime d'Assad dans un "jeu mortel où le personnel des entreprises gérées par l'Etat sont des pions". 

Partager

Plongée dans les usines gazières syriennes. Le Financial Times publie une longue enquête sur le sujet : "Isis Inc. : les affaires 'mafieuses' de la Syrie avec les djihadistes sur le pétrole".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les auteurs expliquent comment certaines usines sont devenues des "coentreprises entre le gouvernement du Président Bachar al-Assad et le groupe djihadiste le plus célèbre du monde."

"L'Etat islamique et le régime d'Assad restent ennemis sur le champ de bataille, mais sur les champs gaziers de la Syrie, le besoin en électricité les a contraints à un pacte faustien", écrit le journal économique. En effet, le gaz représente 90% du réseau électrique syrien dont sont très fortement dépendants Daech et le régime d'Assad. Daech contrôle au moins huit centrales en Syrie, dont trois centrales hydroélectriques et la plus grande usine gazière du pays. Le gouvernement possède les entreprises qui savent les faire fonctionner... CQFD, ils sont donc contraints de cohabiter dans les usines.

Dans leur arrangement, l'Etat syrien et les compagnies gazières privées paient les salariés et fournissent les équipements pour les installations. Ils se répartissent ensuite les produits de l'exploitation des sites. Les uns récupèrent le méthane produit pendant que Daech s'octroie le fioul.

Cependant, les témoignages récoltés par les journalistes révèlent que les ententes commerciales ne se traduisent pas par une trêve dans les faits. "Les deux parties attaquent continuellement les employés et les infrastructures des uns et des autres". "On négocie à la façon des mafieux de Chicago dans les années 20. Vous tuez et vous vous battez pour influencer le deal, mais le deal ne se fait jamais", raconte une des sources du Financial Times.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS