L'Usine Auto

"Les petites Premium, une tendance longue sur le marché automobile français"

,

Publié le

Entretien Six mois après l’arrêt de la prime à la casse, les chiffres publiés début juin par le Comité français des constructeurs automobiles (CCFA) démontrent une baisse des ventes de véhicules de gamme économique et inférieure. Cette catégorie représente 55% du marché contre 58% à la même période en 2010. A l’inverse, les autres catégories et notamment la Premium s’en tirent mieux. L’occasion pour l’Usine Nouvelle de revenir sur les nouvelles tendances du marché automobile français avec Bertrand Rakoto, analyste automobile pour R.L.Polk.

Les petites Premium, une tendance longue sur le marché automobile français © Citroën

L'Usine Nouvelle - Au premier trimestre, la marque Mini enregistre des ventes en hausse de 28,2%. Citroën a vendu 15.700 DS3 depuis janvier. Comment expliquez-vous cet essor des petits véhicules Premium ces derniers mois ?
Bertrand Rakoto - Ces bons résultats proviennent du développement important en matière d’offre sur ce segment. Il est question de l'arrivée de nouvelles gammes, notamment avec le crossover Mini par exemple. L’offre premium dans les segments inférieurs est une tendance longue qui s’installe sur le marché.

A cela s’ajoute un effet de l’arrêt de la prime à la casse. Pendant la prime à la casse, les catégories de véhicules 1 et 2 (Clio, Twingo, 207) ont été privilégiées et se sont vendues au-delà de la moyenne normale du marché. Pendant cette période, le segment d'entrée de gamme a représenté 15% des ventes, alors qu’il en représentait 10% avant.  Cela a créé une distorsion du marché. Mais désormais il revient à des niveaux plus normaux. Cet effet de mix permet aux petites Premium de conquérir des parts de marché. Cependant, ces segments inférieurs garderont une place plus importante qu'ils avaient avant la crise,  à des niveaux autour de 12 à 12,5%.

Quel bilan faites-vous de la prime à la casse d’ailleurs ?

D’après moi, il est plutôt bon sur le maintien du marché en volumes, c'est moins le cas moins en valeur. En effet, les véhicules se sont vendus à un prix inférieur par rapport à un marché normal. Avec une incidence sur le chiffre d'affaires et les marges pour les constructeurs.

Les achats réalisés pendant la prime à la casse ne correspondaient pas forcément aux besoins des consommateurs. Certains d’entre eux vont donc désormais réajuster leurs besoins, par exemple en rachetant des familiales ou des compactes. Ce qui aura un impact favorable sur les marges des constructeurs concernés. Certains d’entre eux renouvellent d’ailleurs aussi leur gamme de compactes Premium, par exemple avec Audi et une nouvelle version de l’A 3, BMW avec la série 1, Mercedes avec une nouvelle Classe A ou encore Volvo qui va prochainement renouveler sa gamme C30.

Vous parlez beaucoup des constructeurs étrangers sur le segment Premium. Qu’en est-il pour les marques françaises ?
Les constructeurs nationaux sont peu présents sur ce segment, c’est vrai. Renault a d'autres préoccupations que de songer à développer une gamme Premium. Elle est centrée sur les petits segments, avec une image de marque bon marché et affichant une bonne qualité. Dans le cadre de l’Alliance, il s’appuie sur la marque de luxe de Nissan, Infiniti, qui prend du temps à se déployer et devrait bénéficier de la récente arrivée d'une motorisation diesel.

Du côté de PSA Peugeot Citroën, la marque Peugeot pourrait développer sa ligne "Hors série". Mais pour l’heure, il n’a proposé que la RCZ. Reste la marque Citroën, qui s’est lancée dans le Premium, après avoir bénéficié d’un renouvellement de son image au fil des années 2000. Au départ, c’était un pari, mais le constructeur a bien joué, notamment avec la DS3, qui affiche de très bons résultats sur la France. Cela a permis au constructeur de se hisser un peu plus haut dans la gamme.
 
 
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte