Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les patrons du transport font front commun

, ,

Publié le

L’union TLF et la FNTR ont scellé leur rapprochement. L’objectif des syndicats professionnels est double : baisser les coûts de fonctionnement par la mutualisation et parler d’une seule voix.

Les patrons du transport font front commun © D.R.

C’est fait. L’Union des entreprises de transport et de logistique de France (TLF) et la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) ont officialisé leur rapprochement. La "Journée TLF" clôturée par l’assemblée générale de l’union, le jeudi 26 juin, en a fourni l’occasion.

Rapprochement et non fiançailles, car il n’est pas question de mariage. Au-delà des menues frictions qui ont pu exister entre les deux organismes patronaux, la raison l’a emporté. Yves Fargues, président de TLF, insiste sur les deux avantages de ce rapprochement, financier et politique. Il fallait à la fois réduire les coûts et mieux se faire entendre. Avec des comptes redressés grâce à l’effort de ses adhérents, l’union TLF se trouve sur des bases plus saines.

PAS QUESTION DE FUSION

Les deux organisations vont mutualiser leurs ressources, avec un rapprochement physique dans des mêmes locaux prévu pour le mois de janvier 2015, la création de centres de liaisons dans les régions avec des délégués communs et l’accès pour les adhérents aux différentes ressources. L’objectif est d’offrir un meilleur service aux entreprises tout en baissant les coûts.

Dans leur communication, l’union TLF et la FNTR continueront de parler d’une seule voix, comme ils le font déjà depuis plusieurs mois. Même harmonie dans les discussions avec les partenaires sociaux et l’Etat. "Nous allons ensemble aux rendez-vous pour que notre voix ait plus de force", explique Yves Fargues. Pourtant, il n’est pas question de fusion, insiste-t-il.  

Jean-Paul Deneuville, directeur général des services de la FNTR qui parlait au nom de son président Jean-Christophe Pic, se trouve sur la même longueur d’onde : "Nous avons nos différences, c’est cela qui fait notre richesse. Il faut respecter la spécificité de chacun." Il n’y aura donc pas de modification dans les organigrammes…

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle