Les Parisiens pourront se chauffer au bois grâce à une nouvelle chaudière biomasse XXL

La compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) a inauguré, jeudi 10 mars, à Saint-Ouen, une plate-forme logistique pour l'approvisionnement en granulés de bois de sa centrale de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Désormais, le chauffage urbain parisien proviendra pour plus de moitié des énergies renouvelables et de récupération.


La plate-forme logistique biomasse de CPCU à Saint-Ouen, inaugurée le 10 mars. Crédits : Antoine Février

Dans la zone d’aménagement concerté des Docks de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), la nouvelle plate-forme logistique biomasse construite par la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) sort du lot. Sous les panneaux laissant imaginer des bureaux de travail se cachent en réalité cinq silos de bois sous forme de granulés ainsi qu’un bâtiment de déchargement. "Nous avons voulu que cette plate-forme s’inscrive dans le tissu urbain", assure Frédéric Martin, le président de CPCU.

Une chaleur issue majoritairement des énergies vertes

La Compagnie parisienne de chauffage urbain est une entreprise publique locale, filiale de la Ville de Paris et du groupe Engie, qui fournit du chauffage à 500 000 logements chaque année. Pour embrasser les objectifs fixés par le Plan climat de Paris, 75 millions d’euros ont été investis pour construire la plate-forme logistique biomasse de Saint-Ouen. Testée depuis la fin janvier 2016, elle devrait entrer en fonction au cours des prochaines semaines.

En réduisant de moitié l’utilisation du charbon, l’arrivée de cette nouvelle installation évitera un rejet de 300 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère chaque année. Le charbon sera désormais remplacé par de la biomasse, sous la forme de granulés de bois. Cela fait entrer la biomasse dans le mix énergétique de CPCU à hauteur de 10%. La compagnie voit ainsi l'utilisation d’énergies propres devenir majoritaire dans sa création de chaleur.

Dans le détail, le mix énergétique de CPCU se composera désormais pour 41% de la valorisation des déchets, 10% de biomasse, 2% de biocombustible et 1% de géothermie pour les énergies vertes, auxquels il faut ajouter 16% de charbon et 30% de gaz.

Comment ça marche ?

Le chargement de granulés arrive à Saint-Ouen par train, grâce à des rails acheminant les wagons dans le bâtiment de déchargement. Il faut deux trains pour approvisionner les quelque 1 300 tonnes nécessaires quotidiennement à l’alimentation des chaudières.

A l’intérieur du bâtiment, les wagons sont ouverts pour remplir les fosses situées en sous-sol. Une trémie emporte ensuite le granulé jusqu’aux cinq silos pouvant contenir 15 000 tonnes du combustible.


Le déchargement se fait directement des wagons dans une fosse reliée aux silos. (Antoine Février)

Une galerie d’un kilomètre relie la plate-forme biomasse à la chaudière de CPCU située à l’opposé de la ZAC des docks. C’est seulement quelques mètres avant l’entrée dans le brûleur que le charbon est amené et mélangé aux granulés. Car certaines chaudières ne sont pas encore compatibles au tout-biomasse. "Nous sommes pour le moment à 50-50, mais nous allons tenter de passer à 60% de biomasse, explique le président de CPCU, Frédéric Martin. Le prochaine objectif est de supprimer la seconde moitié du charbon de notre mix énergétique."

L’absence de la filière bois française

Bien que le projet soit assez intéressant pour pousser une délégation japonaise à visiter le site pour reproduire le modèle au pays du Soleil-Levant, l’histoire aurait été trop belle sans aucun raté. "Pour le moment, nous faisons livrer notre granulé par bateau des États-Unis, avoue Frédéric Martin. Il est ensuite transporté par train depuis Rouen jusqu’au site."

La filière bois française n’a pas pu répondre favorablement à l’appel d’offres de CPCU. "Nous avons besoin de 140 000 tonnes de granulés chaque année, alors qu’en France nous ne pouvions en avoir que 40 000 tonnes pour un prix plus élevé de 30%, détaille Marc Barrier, directeur général de CPCU. Nous lancerons un nouvel appel d’offres en avril 2017 pour prendre le relais d’approvisionnement en 2019, et nous espérons que la filiale française pourra en être." Ce retard est dû au faible usage de granulé en France, le plus souvent à usage domestique. La filière du bois française doit maintenant prendre en compte l’usage industriel du granulé, au risque d’être à nouveau délaissée au profit des États-Unis.

Pas si loin du granulé des particuliers
CPCU utilisera un granulé fabriqué par l’entreprise américaine Zilkha Black Pellet. La particularité de ce granulé : sa couleur noire. C’est d’ailleurs la seule différence avec un granulé utilisé par les particuliers dans leur chaudière domestique. Cette couleur est due à une étape supplémentaire rendant hydrophobe le granulé : un passage de 10 à 15 minutes sous une vapeur à 180°. Cela permet de réduire les poussières émises par les granulés lors de leur manipulation. Ce détail insignifiant lorsqu’un particulier rempli son silo avec un sac de 15 kg devient vite un problème lorsque l’on manœuvre les granulés par tonne.

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

COMPAGNIE PARISIENNE DE CHAUFFAGE URBAIN

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

01 - BOURG HABITAT

Missions de diagnostics de performance énergétique

DATE DE REPONSE 21/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS