Quotidien des Usines

Les P'tis Lus de Calais veulent ouvrir une coopérative ouvrière... et Danone un centre d'appels

, , , ,

Publié le

Social

" Face au non-reclassement de 100 à 150 salariés par le Relais Emploi Mobilité ", selon Marcel Pochet de la CGT, les salariés et la CGT de Lu de Calais (Pas-de-Calais), veulent racheter leur usine, qui fermera fin juin 2003.

Ils viennent de lancer, lundi dernier une étude de faisabilité sur la création d'une coopérative ouvrière (Scop). Mais, celle-ci ne pourra se faire sans l'aide de Danone. Le syndicat CGT voudrait que Danone cède pour un euro symbolique les locaux et les machines et sous-traite à la Scop pour un délai minimum la production de biscuits.

De son côté, la direction du groupe a annoncé l'implantation d'un centre d'appels par la société de télé-services Armatis, qui créerait jusqu'à 400 emplois à terme sur le site.

Cette nouvelle activité démarrerait le 1er septembre 2003, avec 100 salariés au départ, Danone s'engageant à trouver une solution pour les non-reclassés. Le pari n'est en effet pas gagné : " Ce type de postes ne correspond pas à la qualification des salariés de LU ", explique Marcel Pochet.

Par ailleurs, Philippe Brun, au nom du CE de LU France lancera une action auprès du tribunal de grande instance de Charleville-Mézières (Ardennes) pour contester le motif économique du plan social et en demander son annulation.

Anna ZAGROUN

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte