Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les opposants au projet de parc éolien d'EDF-EN au large de Courseulles-sur-Mer déboutés en appel

, ,

Publié le , mis à jour le 02/10/2017 À 14H41

Infos Reuters NANTES (Reuters) - La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté lundi 2 octobre les recours déposés contre le parc éolien offshore de Courseulles-sur-Mer (Calvados), qui doit voir le jour en 2021 à une dizaine de kilomètres au large des plages normandes du Débarquement.

Les opposants au projet de parc éolien d'EDF-EN au large de Courseulles-sur-Mer déboutés en appel
Un parc éolien off-shore près d'Amsterdam aux Pays-Bas. La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté lundi les recours déposés contre le parc éolien off-shore de Courseulles-sur-Mer (Calvados), qui doit voir le jour en 2021 à une dizaine de kilomètres au large des plages normandes du Débarquement. /Photo prise le 26 septembre 2017/REUTERS/Yves Herman
© YVES HERMAN

Nouveau revers pour les opposants au projet de parc éolien au large de Courseulles-sur-Mer. La cour administrative d'appel de Nantes a rejeté les recours déposés contre la construction de cette ferme qui doit voir le jour en 2021. Les juges nantais, dont les motivations détaillées n'étaient pas encore disponibles, ont également laissé 500 euros à la charge de chacune des huit associations à l'origine de la requête, pour les frais de justice de la société Eoliennes offshore du Calvados (EOC).

L'arrêt de la cour est conforme aux conclusions du rapporteur public, qui avait préconisé lui aussi le 15 septembre de débouter les opposants aux éoliennes off-shore. Les éoliennes "risquent de rencontrer des munitions non explosées lors de la Seconde guerre mondiale", avait pourtant soutenu leur avocat à l'audience : "de très nombreuses mines et bombes" tapissent encore les fonds marins.

Un projet piloté par EDF-EN

L'avocat des opposants aux éoliennes craignait également que le projet ne mette en péril celui de classement des plages du Débarquement au Patrimoine mondial de l'humanité. "On sait que l'Unesco est extrêmement exigeante sur l'authenticité des lieux", avait plaidé Me Francis Monamy. "Elle a d'ailleurs déjà menacé de supprimer la protection autour du Mont-Saint-Michel si l'envahissement des éoliennes n'était pas stoppé."

Le projet est mené par Eoliennes offshore du Calvados (EOC), un consortium d'entreprises piloté par EDF-Energies nouvelles (EDF-EN) qui avait déjà obtenu gain de cause ces derniers mois devant la même cour pour ses projets au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et Fécamp (Seine-Maritime). Les soixante-quinze éoliennes - qui seront implantées sur une surface de 50 km2 - doivent produire à terme l'équivalent de la consommation électrique de 630 000 personnes.

(Guillaume Frouin, édité par Sophie Louet)

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/10/2017 - 19h37 -

Les assos "anti-éolienne"; sans doute ce qui se fait de pire.
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus