Les obstacles au recyclage du béton dans le béton sautent

Arrivé à son terme, le projet national Recybéton propose de développer l’usage des granulats recyclés dans le béton, à condition de bien maîtriser les caractéristiques du gisement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les obstacles au recyclage du béton dans le béton sautent
La déconstruction, condition préalable au recyclage des granulats, doit être maîtrisée.

Six ans après son démarrage, le projet national Recybéton est arrivé à son terme. Les 47 partenaires issus du secteur de la construction encouragent l’utilisation accrue des granulats recyclés dans la fabrication du béton, à travers des recommandations liées à la composition des matériaux. "On a un gisement de 25 à 40 millions de tonnes de produits d’ouvrages en béton. On peut utiliser des pourcentages plus élevés de sables et de gravillons recyclés. Cela ne faisait pas partie des techniques courantes. Nous pouvons en faire une pratique utilisée à grande échelle", se félicite le président de ce projet de 5 millions d’euros, Jacques Roudier.

Les promoteurs du projet recommandent de prêter une attention particulière à la régularité des granulats recyclés. La composition des bétons doit intégrer les caractéristiques des bétons d’origine et de limiter "plus sévèrement" le taux de sulfates pour l'ensemble des granulats de la formule du béton. La masse volumique plus faible des granulats recyclés par rapport à celle des granulats naturels ainsi que l’absorption d’eau plus importante sont à prendre en compte. La présence de deux générations de pâte de ciment (celle qui provient de l’ancien béton et celle émanant de l’hydratation du nouveau ciment afin d’élaborer un nouveau béton) peut poser des difficultés. Celles-ci peuvent être résolues, assurent les responsables de Recybéton.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Faire évoluer les normes

Les recommandations de Recybéton ouvrent la voie à de potentielles évolutions des Eurocodes, les normes européennes du bâtiment et du génie civil, et de la norme EN 206/CN:2014 qui régit les bétons structuraux de bâtiments et d’ouvrages. "Pour des bétons couramment mis en oeuvre, on peut mettre au moins 50% de gravillons recyclés et de 20% à 30% de sables recyclés, contre respectivement 30% et 20% dans les normes, précise Jacques Roudier. Deux voies sont ouvertes pour le recyclage : un très fort taux de granulats recyclés, pour un nombre limité d’ouvrages ; ou une dose plus faible de matériaux recyclés de manière plus systématique", indique Jacques Roudier.

Les six chantiers expérimentaux menés ces dernières années (une classothèque, une dalle de compression, des dallages de parking, des murs et des morceaux d’un pont) ne présentent pas de problème. Il est donc possible de recycler du béton, à condition de bien s’organiser au préalable : "l’ensemble de la filière doit s’adapter, notamment lors des opérations de déconstruction. Par ailleurs, les quantités déconstruites ne sont pas les mêmes partout, avec peu de transport des matériaux", poursuit Jacques Roudier.

Un nouveau projet de recherche

Compte tenu de l’objectif fixé par l’industrie cimentière de réduire ses émissions de 80 % à 2050, ces recommandations ne tomberont sans doute pas dans l’oubli : "le béton déconstruit est un puits permettant de stocker du CO2 grâce à la matrice cimentaire qui entoure les granulats naturels", souligne l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux.

Un nouveau projet national de recherche, FastCarb, qui consiste à travailler sur le stockage du C02 par carbonatation du béton recyclé, vient ainsi de démarrer. L’objectif affiché est de faciliter les possibilités de réemploi des granulats de béton recyclé dans la construction. La boucle du béton dans le béton n’est pas tout à fait bouclée…

0 Commentaire

Les obstacles au recyclage du béton dans le béton sautent

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS