Les nouvelles terres de l’électricité en Asie

Outre les pays émergents, de futurs marchés prometteurs attirent les acteurs de l’électricité en Asie comme la Mongolie et le Myanmar.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les nouvelles terres de l’électricité en Asie

La très forte croissance et très rapide industrialisation de l’Asie est un eldorado pour les électriciens. Le 1er juin, le 1er opérateur privé de la région, GDF Suez inaugurait avec ses partenaires la première centrale super critique à Map Ta Phut dans le sud de la Thaïlande. Dans quelques jours, le groupe lancera une autre centrale à gaz en Indonésie… Ses concurrents Japonais et Coréens font de même à travers toute l’Asie du sud-est dans les pays à forte demande comme l’Indonésie, la Malaisie, l’Inde, le Laos, le Pakistan…

Aujourd’hui de nouvelles frontières s’ouvrent, particulièrement en Mongolie et au Myanmar. La Mongolie, avec ses 3 millions d’habitants, est le pays qui affiche le plus fort taux de croissance de la région (+11,5 % en 2011), devant la Chine (+9,2 %). Le pays possède une très importante richesse minière. Pour l’exploiter pleinement, il devra investir dans la construction de centrales électriques. Au premier trimestre 2012, le gouvernement mongol a lancé un appel d’offres pour une centrale à gaz qui sera implantée près de la capitale d’Oulan-Bator. GDF Suez a soumis une offre. "Nous serions ravis de gagner mais l’important est surtout de se faire connaître des responsables du pays", explique un responsable de GDF Suez.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des besoins immenses

Au Myanmar, la situation change vite. Ce pays de 50 millions d’habitants s’ouvre et ses besoins sont immenses. Les centrales à charbon y tournent mal et le gouvernement a du mal à honorer toutes les commandes de combustibles. Résultats : des black-out courants. "Il y a de vraies évolutions dans le pays. Le problème politique majeur que représentait la détention de Aung San Suu Kyi est levé", explique Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez. Ce dernier a d’ailleurs croisé l’opposante birmane le 31 mai à l’occasion du World Economic Forum à Bangkok.

Les Philippines, le Vietnam, le Laos, le Cambodge… Tous ces pays vont devenir de nouveaux relais de croissance pour les électriciens, les spécialistes des réseaux et ceux des services à l’énergie. Le marché du sud-est asiatique qui compte 600 millions d’habitants a besoin de construire 350 à 370 GW de puissance au cours des dix prochaines années. Cela représente 300 milliards de dollars d’investissements. Sur cette somme, un tiers pourraient échoir dans les mains d’opérateurs privés.

Ludovic Dupin, à Bangkok

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS