Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les nouvelles rames du consortium Alstom-Bombardier à l’arrêt à Montréal

Léna Corot , ,

Publié le

Vu sur le web Suite à d’importants dommages causés à des équipements de signalisation, les nouvelles rames Azur fabriquées par le consortium Bombardier-Alstom, sont à l’arrêt à Montréal. Une enquête est en cours pour déterminer l’origine de ce problème.  

Les nouvelles rames du consortium Alstom-Bombardier à l’arrêt à Montréal © Jocelyn Landry Maitre Photographe

A peine un an après leur mise en service, les douze trains Azur fabriqués par le consortium Bombardier-Alstom pour la STM (Société de transport de Montréal), sont à l’arrêt depuis samedi. Lors du passage d’un train Azur, "des équipements de signalisation à la station Du Collège ont été fortement endommagés", explique la STM dans un communiqué. Le train a aussi subi des dommages assez importants.

Tous les trains  en service sur cette ligne ont alors été inspectés. Des dommages ont été constatés sur certains trains et sont "plus prononcés sur les Azur, compte tenu de [leur] empattement", précise la STM dans un communiqué. Le frotteur négatif des trains Azur, une pièce située sous les voitures de métro permettant le contact électrique avec les rails, serait notamment endommagé, selon Le Devoir, un journal canadien.

L’empattement des trains déjà remis en cause

La faute à la voie ou aux trains ? Une enquête est en cours pour déterminer l’origine exacte de cet incident. En attendant les conclusions de celle-ci, devant vraisemblablement être rendues vendredi, la douzaine de trains Azur fabriquée par le consortium Bombardier-Alstom a été retirée de la circulation.

L’empattement de ces nouvelles rames a déjà été remis en cause en 2014. A l’époque, la STM a dû limer la voûte de certains tunnels ou les renforcer pour que ces nouvelles rames puissent passer. "De la manière dont la voiture est faite, si la suspension était brisée ou les pneus crevés et que le wagon penchait trop d’un côté, il ne passerait pas dans certains secteurs du tunnel", déclarait alors le président du syndicat des employés d’entretien de la STM, dans les pages du Journal de Montréal.

Pour l’heure, le consortium Bombardier-Alstom prend la défense de ses trains Azur. "Le phénomène de samedi a été détecté tout récemment, s’il y avait eu un problème de conception on l’aurait vu au moment de la validation ou durant la dernière année, puisqu’ils circulent depuis mars 2016", affirme Michelle Stein, porte-parole du consortium Bombardier-Alstom, dans des propos repris par Le Journal de Montréal.

Un problème inattendu d’interaction entre les installations fixes et les voitures est mis en avant. Pour comprendre l'origine de ce phénomène, la STM a installé des caméras sur les rames encore en service.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle