Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Les néonicotinoïdes interdits par l'Union Européenne

Simon Chodorge , ,

Publié le

L'interdiction des trois principaux néonicotinoïdes, ces pesticides soupçonnés de tuer les abeilles, a été adoptée le 27 avril par les Etats membres de l'Union Européenne.

Les néonicotinoïdes interdits par l'Union Européenne
Les Etats membres de l’Union Européenne ont voté l’interdiction des trois principaux néonicotinoïdes considérés comme dangereux pour les abeilles.

Le vendredi 27 avril, lors d'un comité technique à huis clos, les Etats membres de l’Union Européenne ont voté l’interdiction des trois principaux néonicotinoïdes considérés comme dangereux pour les abeilles.

Sur proposition de la Commission européenne, une majorité qualifiée d’Etats membres - c’est-à-dire au moins 16 pays sur 28, représentant 65% de la population européenne - a adopté l’interdiction. Parmi les seize pays ayant voté pour l'interdiction se trouvent la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas ou encore le Luxembourg.

Les trois pesticides concernés sont la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxame. Ils étaient déjà soumis à des restrictions d’usage sur certaines cultures comme le maïs, le colza oléagineux ou le tournesol qui attirent les abeilles. Désormais, l’interdiction s’étend à toutes les cultures en plein champ. La seule exception concerne les usages en serres, sous la condition que les graines et les plantes ne quittent pas l’abri fermé.

Une procédure toujours en cours devant le tribunal de l'UE

En 2013, l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) rendait une évaluation négative sur ces trois produits. Il leur est notamment reproché d’attaquer le système nerveux des insectes.

Deux entreprises produisant des pesticides, le suisse Syngenta et l’allemand Bayer, avaient contesté les premières restrictions sur ces produits. Cette procédure devant le tribunal de l’Union Européenne est malgré tout toujours en cours et un jugement est attendu le 17 mai.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/04/2018 - 14h20 -

Si des produits chimiques sont capables d'attaquer le système nerveux des insectes, pourquoi n'auraient-ils donc aucun effet même infime sur le notre ? Et qu'est ce qui peut faire croire qu'un effet même infime n'entraîne pas des maladies graves ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle